Culture au quai
Culture au quai

Les mondes de Gotlib

Gotlib-afficheDu 12 mars au 20 juillet 2014 -
MUSEE D'ART ET D'HISTOIRE DU JUDAISME //

Cette exposition met à l’honneur une figure majeure de la bande dessinée française, le dessinateur Marcel Gotlieb, dit Gotlib.
Rassemblant près de 200 planches originales (publiées mais jamais exposées), ainsi que des archives photographiques, écrites et audiovisuelles, l’exposition fait converser l’artiste, le juif athée et l’anticonformiste. Combinant approche chronologique et approche thématique, ce portrait, porté par la généreuse complicité de Gotlib, retrace son parcours d’homme et d’artiste.

Né à Paris le 14 juillet 1934, Marcel Mordekhaï est le fils d'un peintre en bâtiment et d'une couturière, immigrés juifs de langue hongroise. L’artiste Gotlib est resté ce galopin qui a grandi dans le XVIIIe arrondissement. Enfant caché pour échapper à la persécution antisémite dans la France occupée – son père, déporté, est assassiné à Buchenwald en février 1945 –, Gotlib sera marqué par cette expérience traumatisante. Mais, fort des acquis de l’école française, il trouvera sa voie dans le métier de dessinateur.

Dans ses dessins comme dans ses textes, Gotlib oscille du dérisoire à l’absurde. Son goût pour l’autoportrait, les gags, la satire, l’humour noir et les jeux de langage est le moteur d’une superbe maîtrise du récit, qu’il testera également au cinéma. Ses personnages – Isaac Newton, la Coccinelle, Gai-Luron, le professeur Burp, Superdupont, Hamster Jovial, Bougret et Charolles – composent une distribution singulière au sein du paysage de la bande dessinée française. Gotlib, non sans tendresse, place le lecteur face aux excès de l’homme, être mélancolique et fragile, souvent pris aux pièges de ses désirs et de son instinct.

gotlibSortant du répertoire plastique de la bande dessinée des années 1960 et 1970, Gotlib fait exploser le cadre conventionnel de la case, tout en donnant une place essentielle au traitement du texte et de la lettre – ce qui n’est pas sans rappeler le rôle de ces derniers dans la culture juive. Son œuvre fait de lui un des accoucheurs du renouveau de la bande dessinée, désormais affranchie de l’école belge et de la ligne claire.

Musée d'art et d'histoire du Judaïsme
Hôtel de Saint-Aignan, 71, rue du Temple, 75003
Tel : 01 53 01 86 60
M°: Rambuteau, Hôtel de Ville
Bus : 29, 38, 47, 75
Du lundi au vendredi : 11 h à 18 h - Dimanche : 10 h à 18 h - Fermé le samedi
Plein tarif : 8,00 €, Tarif réduit : 6,00 € (moins de 25 ans), gratuit moins de 18 ans

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Expo précédente


Culture au quai