Barbara
Barbara

Eduardo Arroyo, la Force du destin

TOULON - Du 17 octobre au 10 janvier 2016 -
Hôtel des Arts//

PNG - 298 ko

La Force du destin  parcourt l’ensemble de l’oeuvre de l’artiste en prenant pour leitmotiv le thème du portrait qui est présent dans toute la carrière artistique d’Eduardo Arroyo, puisqu’il débuta à l’âge de quinze ans en publiant des caricatures dans les journaux espagnols Pueblo et Arriba, éveillant ainsi sa future vocation de peintre. Les portraits furent ensuite un moyen de gagner sa vie lorsqu’il s’exila à Paris en 1958, où il peignait dans les cafés et sur les trottoirs de la ville. Dès lors, son obsession pour le portrait a toujours été présente dans son oeuvre.
Toutefois, comme le reste de sa peinture, ses portraits se distinguent par leur originalité, une singularité que l’auteur attribue au fait qu’il n’a pas suivi de formation picturale.
La plupart des portraits ne sont pas une description fidèle des visages, hormis de rares exceptions comme le portrait du boxeur Marcel Cerdan, 1972, ni une analyse psychologique des personnages. Il s’agit de portraits schématisés et caricaturaux, souvent de simples silhouettes qui, comme le reste de sa peinture, peuvent être associés à la « nouvelle figuration » ou « figuration narrative », courant apparu dans les années 1960 qui tentait de rompre avec l’hégémonie de l’abstraction et de la peinture figurative, qui prédominaient à l’époque.
L’artiste a fait appel à toutes les techniques et disciplines pour réaliser ses portraits : huile, dessin, estampe, collage, photographie ou sculpture. Ils sont peuplés de personnages historiques, d’hommes politiques, d’écrivains, de peintres, de cinéastes, de chanteurs de flamenco, de boxeurs, de saints, de personnes de son environnement familial mais aussi de personnages de fiction.

PNG - 147.1 ko

La passion d’Eduardo Arroyo pour la littérature est visible dans les nombreux portraits d’écrivains qu’il a réalisés tout au long de sa carrière. Huile, crayon, collage, estampe, il a employé toutes les techniques pour représenter les écrivains qu’il admire. De grands auteurs universels, tant modernes que classiques, ont été l’objet de son hommage.Son oeuvre sculpturale comprend également des portraits d’écrivains, d’artistes, de dieux de l’Antiquité ou de personnages de fiction comme Sherlock Holmes, Fantômas, Doña Inés ou Mickey Mouse.

Les malheurs de la coexistence VI : La dernière rage (Miró Refait), 1967 Huile sur toile. 130 x 162 cm © ADAGP, Paris 2015
Sherlock Holmes, 1991 Collage sur papier. 39 x 27 cm © ADAGP, Paris 2015
Habillé descendant l’escalier, 1976 - Huile sur toile - 242 x 139 cm - IVAM, Institut Valencià d’Art Modern, Generalitat © ADAGP, Paris 2015

 

 

 

 

 

Hôtel des Arts
236 bd Maréchal Leclerc
 83000 Toulon
Tél : 04 83 95 18 40
Du mardi au dimanche de 10h à 18h
Entrée libre

>>Retour Page d'Accueil

hotel des arts Toulon

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Expo suivante


Barbara