Les gendarmeries du monde
Les gendarmeries du monde

Paul Klee, L’ironie à l’œuvre

Du 6 avril au 1er aout 2016 -
Centre Pompidou //

 

klee3« Nul n’a besoin d’ironiser à mes dépens, je m’en charge moi-même. » Paul Klee - 1906

Comment comprendre l’œuvre riche et énigmatique de Paul Klee ? Un mot semble pouvoir envelopper l’intégralité de son travail, l’ironie. C’est à travers ce prisme inédit que l’exposition entend relire l’œuvre de l’un des artistes les plus emblématiques du XXème siècle, figure singulière de la modernité. Avec environ 250 œuvres venues du monde entier, cette rétrospective est la plus importante présentée en France depuis près de 50 ans. Si aux débuts de sa carrière, l’artiste pratique allègrement l’ironie romantique, lui permettant d’affirmer des valeurs idéales et élevées tout en portant un regard critique sur le monde, son vocabulaire glisse progressivement vers un style plus enfantin et caricatural. Par ce biais, l’artiste se moque des figures cubistes qu’il estime dépourvues de vitalité. Puis vient la fin de la Première Guerre Mondiale, et Klee porte un nouveau regard sur le monde qui l’entoure. Tout n’est que mécanisation, les oiseaux deviennent des avions d’assaut, l’esthétique de la machine chère au mouvement dada envahit ses toiles. L’automate et la marionnette deviennent alors les joyeux héros de ses toiles, comme un moyen de dénoncer la perte d’humanité du nouveau monde qui se dessine. A l’orée de la Seconde guerre Mondiale, l’artiste laisse la parole dans ses œuvres à une iconographie régressive, faite de bonshommes en allumettes dansant non pas de joie mais de peur… C’est le début des années noires, celles qui le mèneront à la maladie, la guerre, la mort, en 1940. L’exposition nous plonge au cœur du travail de ce génie de la modernité, qui n’aura eu de cesse toute sa vie, de balancer entre satire et affirmation d’un absolu, entre fini et infini, entre réel et idéal.

 klee4

 

A journey through the work of a singular figure in modernity and one of the XXth century’s most iconic artists: Paul Klee. Featuring around 250 works, this retrospective casts a fresh look on Klee’s work. It sheds light on the way he used irony through an approach originating in the early German Romanticism, consisting in a constant shift between a satire and the affirmation of an absolute, finite and infinite, real and ideal.

 

Centre Pompidou
Jusqu’au 1er août 2016

Place Georges Pompidou, 75004 – M° Rambuteau (4)
Tous les jours, de 11h à 21h
Fermé le mardi
Tarif : 14 € - Tarif réduit : 11 €

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Expo suivante


Les gendarmeries du monde