Culture au quai
Culture au quai

Herb Ritts - En pleine lumière

Jusqu'au 30 octobre 2016 - 
Maison Européenne de la Photographie

coeur-4

 

Après avoir collaboré pour la première fois avec Herb Ritts, Madonna a déclaré : “ je l’ai trouvé franchement ringard”. Ce qu’elle ne savait pas, c’est que de cette première séance naquit l’un des clichés les plus adulés de toute la pop culture, le magnifique portrait en noir et blanc de la chanteuse, épaules nues et tête renversée. La Maison Européenne de la Photographie présente une rétrospective de cet incroyable artiste photographe aux multiples talents et facettes.

unnamed

Un titre d’exposition n’a jamais été si bien attribué : “Herb Ritts - En pleine lumière”. Si vous vous attendiez à voir d’énièmes photographies de mode capturant les visages lisses et parfaits d’icônes, vous serez surpris de la grâce et de la beauté se dégageant des clichés du photographe californien. La première salle de l’exposition nous met face à la sensibilité accrue du photographe et  sa fascination pour les éléments naturels : la lumière du jour ( peu de ses œuvres sont réalisées en studio), l’immensité des paysages désertiques et le vent sont si bien exploités par l’artiste et ses modèles qu’un choc esthétique de l’ordre de ce qu’en pensait André Malraux se produit instantanément. Certaines de ses photographies célèbrent une beauté sculptée quasiment antique desquelles se dégage toujours une faille qui rend l'oeuvre d’autant plus sublime et reconnaissable.

 

capture1

capture

Son sens de la composition est si parfait que l’on a du mal à croire qu’il commença la photographie par curiosité après être tombé par hasard sur un appareil. La deuxième section de la première salle de l’exposition nous emmène en Afrique, où Herb Ritts retrouva la puissance d’une lumière proche de ses souvenirs californiens ainsi qu’un environnement à la fois sauvage et sophistiqué. Qu’il photographie un arbre, un hippopotame, ou un groupe humain, l’on ressent ce même équilibre parfait  de spontanéité et de composition, de glamour et d’immédiateté, de poses sophistiquées et d’amusement pur.

capturehr

capture2

La deuxième salle de l’exposition, une fois repassé devant l’escalier central du bel espace de la MEP, nous invite immédiatement à la contemplation du célébrissime cliché Stephanie, Cindy, Christy, Tatjana, Naomi qui suggère presque le recueillement. Ces mannequins nues, assises et entrelacées dégagent une beauté saisissante. L’on observera aux côté de la fameuse photographie la façon dont Herb Ritts mélange les codes et les genres. Des femmes blanches peintes en noir, des mannequins nues, elles qui sont généralement sollicitées afin de porter les plus belles créations, la plastique parfaite d’un homme associée aux codes d’une virilité presque beauf. Le corps est l’instrument de travail du photographe. Là se situe la force de l’exposition qui s’envole bien au delà du mécanisme de contemplation des pages de magazines de mode.

 

capture3

capture4

La dernière salle de l’exposition présente les portraits de célébrités, tant attendus. Nous sommes presque satisfaits de parvenir à cette section après avoir pris conscience de l’ampleur de l’oeuvre du photographe.  Jack Nicholson, Michael Jackson, Madonna, David Bowie, Richard Gere, Julia Roberts, William Burrough, Drew Barrymore, Sinead O’connor, ils sont tous là, si beaux, si immobiles mais pas si sages pour autant.

                                      unnamed-3

Une exposition qui saura vous séduire qu’importe vos attentes, à voir et revoir pour vous débarrasser des clichés liés à la pratique d’une photographie jugée commerciale. Un instant de grâce et de lumière avant d’absorber la grisaille de l’hiver.

>>Plus de visites d'expositions 

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus