Mémorial Acte
Mémorial Acte

Frida et son double

Frida Kahlo -
Les deux Frida, 1939 //

les-deux-fridas-portrait

Sur un fond sombre, orageux et menaçant, deux Frida presque grandeur nature se tiennent la main.  Cette œuvre est très originale, le double autoportrait étant plutôt rare en peinture.

Frida peint cette œuvre en 1939 juste après son divorce avec l’artiste muraliste Diego Rivera. La  peintre,  profondément blessée par cette séparation douloureuse, exprime sa souffrance dans ce tableau.

Que voit-on ?

La Frida de gauche :

detail-fridaHabillée en robe de mariée, son cœur visible sur sa robe est écorché. Frida tente de comprimer à l’aide d’une pince la veine qui part de son cœur. Pourtant, du sang s’est déjà échappé de la veine et a tâché la robe blanche jusqu’alors immaculée. Elle est pâle et semble fragile. Cette Frida symbolise la Frida mariée qui vient d’avoir le cœur brisé. Diego Rivera l’a quittée et demande le divorce qu’elle n’est pas encore prête à accepter.

La Frida de droite : 

Habillée dedetail-frida la robe traditionnelle mexicaine, la tehuana, tenue dont raffolait son époux, Frida tient dans sa main un portrait miniature de Diego Rivera. Son cœur est également apparent mais cette fois-ci il est intact. L’artère qui part de son cœur ne saigne pas mais vient servir de cadre au portrait de son mari. Cette Frida symbolise celle que Diego aime, celle qui n’a pas le cœur qui saigne par l’absence de son mari. Elle semble plus forte. Sa moustache, symbole masculin, est plus apparente, et sa posture, jambes écartées, lui confère une force virile supplémentaire, contrairement à la Frida de gauche, plus fragile.

L’explication de Frida :

Dans son journal intime, à la section « Origine des deux Frida », elle explique qu’elle s’est toujours inventée une amie imaginaire qui lui tenait compagnie et l’aidait à affronter ses problèmes. La Frida en robe blanche serait la vraie Frida, tandis que celle  en robe tehuana viendrait tout droit de son imagination pour la soutenir dans l’épreuve de la séparation.

Couleurs symboliques :

La robe que porte la Frida de droite est de couleur jaune verdâtre, bleue et verte. Si on croit le journal intime de Frida dans lequel elle explique la symbolique des couleurs dans sa peinture, la Frida imaginaire porterait donc les couleurs de l'amour mais aussi celles de la folie, de la distance de la peur et des fantômes. Tous ses sentiments contradictoires, Frida a pu les ressentir lors de sa séparation et c’est son double, plus forte, qui porte pour elle ses émotions dont elle aimerait se débarrasser.

 

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Vous aimerez aussi…

Sheila Hicks, The Embassy of Chromatic Delegates, 2015-2016 - Sydney Biennale

Les œuvres mythiques de Sheila Hicks

S’il est une chose que Sheila Hicks refuse, c’est bien la répétition. Un postulat qui l’amène souvent à détricoter les projets précédents pour en tisser de nouveaux, nous invitant à reconsidérer le…

Moscou, musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine © The Pushkin State Museum of Fine Arts, Moscou

A la poursuite d'un mythe

Gauguin -  Ahaoe feii, 1891 // Le Grand Palais consacre cet automne une exposition à Gauguin, peintre de l’exotisme et de la couleur, mais pourtant toujours inclassable. On le connaît tout…

STM620447 At the Suresnes Ball, 1903 (oil on canvas) by Derain, Andre (1880-1954); 180x145.1 cm; Saint Louis Art Museum, Missouri, USA; (add.info.: Suresnes, Paris, France.); Museum Purchase; PERMISSION REQUIRED FOR NON EDITORIAL USAGE; French,  in copyright

PLEASE NOTE: This image is protected by artist's copyright which needs to be cleared by you. If you require assistance in clearing permission we will be pleased to help you. In addition, we work with the owner of the image to clear permission. If you wish to reproduce this image, please inform us so we can clear permission for you.

La Comédie humaine

Derain - Le Bal à Suresnes – 1903 // Figure tutélaire de l’avant-garde au XXe siècle, Derain trace la voie au fauvisme puis au cubisme aux côtés de Matisse, Braque et Picasso. Et pourtant, André…

Marie de Médicis en Bellone

Marie de Médicis, déesse grecque

Peter Paul Rubens - Marie de Médicis en Bellone, 1622 // Comment reconnaître le travail d’un maître ? Comment identifier sa patte, celle qui n’appartient qu’à lui et qui fait de sa toile une œuvre…


Mémorial Acte