Les gendarmeries du monde
Les gendarmeries du monde

Gauguin l’alchimiste

Du 11 octobre 2017 au 22 janvier 2018 -
Grand Palais //

  • Moscou, musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine © The Pushkin State Museum of Fine Arts, Moscou
  • Collection particulière© Collection particulière
  • Kurashiki, Ohara Museum of Art © Ohara Museum of Art, Kurashiki
  • Paris, musée d’Orsay© Rmn-Grand Palais (musée d’Orsay) / Tony Querrec
  • Paris, musée d’Orsay© Rmn-Grand Palais (musée d’Orsay) / René-Gabriel Ojéda
  • New York, The Museum of Modern Art. Don d’Arthur G. Altschul, 1977 © 2017. Digital image, The Museum of Modern Art, New York / Scala, Florence
  • Gauguin Paul (1848-1903). Paris, musÈe d'Orsay.
  • ndianapolis, Museum of Art, collection de Samuel Josefowitz consacrée à l’école de Pont-Aven, grâce à la générosité du Lilly Endowment Inc., la famille Josefowitz, Mr et Mme James M. Cornelius, Mr et Mme Leonard J. Betley, Lori et Dan Efroymson, et d’autres amis du musée © Indianapolis Museum of Art
  • Buffalo, New-York, Albright-Knox Art Gallery, collection A. Conger Goodyear © Albright-Knox Art Gallery
  • Chicago, the Art Institute, Helen Birch Bartlett Memorial Collection © the Art Institute of Chicago
  • Washington, National Gallery of Art, donation John et Louise Booth en mémoire de leur fille Winkie © National Gallery of Art, Washington
  • Cleveland, The Cleveland Museum of Art, don de Mr et Mme William Powell Jones © The Cleveland Museum of Art

 

Une vie haute en couleurs

De l’œuvre de Gauguin, on connaît particulièrement la période insulaire, lorsqu’il prend les voiles pour Tahiti et s’aventure à la rencontre d’une nouvelle culture. Une époque d’expérimentations artistiques riche, où les couleurs de ses toiles prennent une dimension beaucoup plus rosée et mystique. Il part à la conquête de ce nouveau monde à la fin de sa vie, apogée et aboutissement de sa carrière de peintre. Mais comme toute ascension, elle a nécessité une phase de gestation pour pouvoir s’épanouir, et c’est bien ce que cherche à mettre en lumière l’exposition. C’est tout particulièrement au processus créatif de Gauguin que l’on s’intéresse ici, à la modernité abasourdissante dont il fait preuve. De la peinture à la céramique, en passant par les dessins, la sculpture ou la gravure sur bois, l’artiste ne recule devant rien et va repousser les limites de chaque médium. La façon dont il se les accapare, dont il use de leur complémentarité, démontre un lâcher-prise totalement novateur. Plus que l’esthétique, c’est donc bien la technique, les méthodes de travail de Gauguin et leur évolution qui vont nous guider sur ce parcours, partant d’une vie citadine et mondaine parisienne à l’accalmie de la province en Bretagne avant de trouver refuge dans l’exotisme de Tahiti.

> On a vu, on vous raconte !

A collection of over 200 of the Gauguin’s works (around 55 paintings, 30 ceramics, 30 sculptures and wooden objects, 15 engraved wood pieces, 60 prints and 35 drawings), Gauguin the alchemist is an exceptional journey into this major artist’s fascinating creative process.

Analyse d'oeuvre : Gauguin - Ahaoe feii, 1891 

Grand Palais
Du 11 octobre 2017 au 22 janvier 2018
3 avenue du Général Eisenhower, 75008 - M° Champs-Elysées Clemenceau (1/13)

Du mer. au lun. de 10h à 20h
Nocturnes le mer. ven. sam. jusqu’à 22h
Fermé le mar. 
Tarif : 14 € - Tarif Réduit : 10 €

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Les gendarmeries du monde