Les gendarmeries du monde
Les gendarmeries du monde

André Derain - La décennie radicale

Du 4 octobre 2017 au 29 janvier 2018 - 
Centre Georges Pompidou //

  • Chartres, Musée des Beaux-Arts, don Godelieve de Vlaminck
  • MNAM/Centre Pompidou, Paris. Don de Alice Derain et Aimé Maeght en 1962, en dépôt au Musée de l'Orangerie, Paris
  • Statens Museum for Kunst, Copenhague. DonJohannes Rump 1928
  • Folkwang Museum, Essen. Legs Helen Cappell 1926
  • MoMA, New York, Mrs. Wendell T. Bush Fund
  • Galerie nationale, Prague
  • MoMA, New York, William S. Paley and Abby Aldrich Rockefeller Funds
  • Merzbacher Kunststiftung
  • MAMVP, legs Girardin 1953
  • Musée des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou
  • Cincinnati Art Museum, Museum Purchase: Bequest of Mary E. Johnston, by exchange, and The Edwin and Virginia Irwin Memorial
  • Saint Louis Art Museum. Museum purchase
  • © Collection particulière

 

La naissance d’un fauve

Quand on regarde la peinture de Derain, on y voit plusieurs univers, plusieurs inspirations et plusieurs écoles. S’il débute dans une optique tout d’abord réaliste, exécutant des dessins engagés, voire acérés, il va très vite s’orienter vers des champs d’expérimentation bien plus osés, bien plus révolutionnaires. Avant la guerre, Derain côtoie Matisse, Picasso, Vlaminck, Braque, Apollinaire, Marquet… autant d’artistes des arts plastiques ou de la littérature qui vont penser avec lui le futur de la peinture. C’est aux côtés de Matisse qu’il va jeter sur la toile les prémisses du fauvisme, laissant littéralement s’exprimer l’aspect animal de la couleur, faisant de lui un aventurier, un conquistador de la peinture moderne. L’œuvre que l’on connaît aujourd’hui de Derain, est en majorité associée à ce mouvement qu’il a généré, engendré, mais il a également participé activement à l’émergence du cubisme, où, après avoir libéré la couleur, il libère les formes. Frileux face au modernisme, Derain amorce alors un retour précoce au réalisme. Toujours en quête de nouveautés, insatiable curieux, Derain invente, ouvre la voie, avant de se pencher vers d’autres expériences, laissant ainsi le champ libre aux autres artistes. Il a laissé s’épancher sa créativité à travers de nombreux supports, le dessin, la sculpture, la xylographie, la céramique et la photographie en parallèle de la peinture, et nous montre à travers toutes ces formes d’art l’ampleur de son audace et son talent visionnaire.

Derain played a leading and intellectual role in the emergence of the two great avant-gardes of the early 20th century, Fauvism and Cubism. He engages alone in an early return to realism, announcing all the figurative movements of magical realism.

> Analyse d'oeuvre : Le Bal de Suresnes 1903

Centre Georges Pompidou
Du 4 octobre 2017 au 29 janvier 2018
Place Georges-Pompidou, 75004 Paris
M° Rambuteau (11)
Du mer. au lun. de 11h à 21h

Fermé le mar.
Tarif : 14 € - Tarif réduit : 11 €

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Expo précédente


Les gendarmeries du monde