Venenum, un monde empoisonné
Venenum, un monde empoisonné

Dans le dressing de Dalida - Il y a...

  • Dans le dressing de Dalida au Palais Galliera du 27 avril au 13 août 2017
  • Dans le dressing de Dalida au Palais Galliera du 27 avril au 13 août 2017
  • Dans le dressing de Dalida au Palais Galliera du 27 avril au 13 août 2017
  • Dans le dressing de Dalida au Palais Galliera du 27 avril au 13 août 2017
  • Dans le dressing de Dalida au Palais Galliera du 27 avril au 13 août 2017
  • Dans le Dressing de Dalida au palais galliera du 27 avril au 13 août 2017
  •  Dalida Palais Galliera du 27 avril au 13 août 2017 Robe en deux parties, corsage et jupe.
  •  Dalida Palais Galliera du 27 avril au 13 août 2017
  •  Dalida Palais Galliera du 27 avril au 13 août 2017 Robe portée dans le film « Rapt au deuxième bureau » (Jean Stelli, 1958)
  •  Dalida Palais Galliera du 27 avril au 13 août 2017
  •  Dalida Palais Galliera du 27 avril au 13 août 2017
  •  Dalida Palais Galliera du 27 avril au 13 août 2017
  •  Dalida Palais Galliera du 27 avril au 13 août 2017
  •  Dalida Palais Galliera du 27 avril au 13 août 2017
  •  Dalida Palais Galliera du 27 avril au 13 août 2017
  •  Dalida Palais Galliera du 27 avril au 13 août 2017
  •  Dalida Palais Galliera du 27 avril au 13 août 2017
  •  Dalida Palais Galliera du 27 avril au 13 août 2017
  •  Dalida Palais Galliera du 27 avril au 13 août 2017

 

Du 27 avril au 13 août 2017
Palais Galliera //

 

On a tous une image précise de Dalida en tête, qu’on l’ait vu naître, mourir, ou devenir une légende. Exposer sa garde-robe, c’est un peu comme lui redonner vie. Grâce à une récente donation de son frère Orlando, revivez les moments clés de la carrière de cette amoureuse de la mode à travers ses tenues mythiques. Dalida est une femme aux mille facettes, de ses années de jeunesse à ses succès les plus retentissants, de la jeune méditerranéenne langoureuse à la star de cinéma, elle incarne une époque et le style de vie fantasmé de l’icône moderne. Le parcours de l’exposition revient dans un premier temps sur son ascension vers le succès : petites  robes,  robes  de  scène,  photographies,  pochettes  de  disques,  look ethnique,  hippie… Dans l’écrin de la grande galerie sur fond de cimaises dorées, la partie showbiz de sa garde-robe se déploie ensuite : de l’exotique, de la peau, du noir et de l’or... suivie dans la galerie Ouest par le défilé de ses tenues de ville d’une élégance toute parisienne : manteaux et capes, noir et or, cuirs. Cette expérience immersive se clôt avec les costumes de cinéma de Dalida et quelques extraits de sa filmographie. Au moment où l’engouement pour cette grande femme et artiste se fait à nouveau sentir, ne perdez pas l’occasion de vous plonger dans l’univers de cette légende par le prisme de ses tenues qui en disent long sur sa vie. “Un, deux, trois, elle tremblait de montrer quoi?” Vous connaissez la suite …

 

The Palais Galliera pays homage to Dalida with an exhibition of her wardrobe, which was recently donated to the museum by her brother Orlando. Dressed by the greatest designers both on and off-stage, in haute couture or in prêt-à-porter,Dalida has remained an immensely popular star. Her wardrobe always followed the movements of fashion, but it also reflected her artistic development.

 

Le saviez-vous ?

Avec 140 millions d’albums vendus, Dalida est la chanteuse de tous les records. Elle sera la première femme à recevoir un « disque d’or », puis celle pour qui on créera une toute nouvelle distinction, celle du « disque de diamant » célébrant le million de disques vendus. Femme de défis, elle l’est aussi sur scène, comme lorsqu’en 1979, elle se produit chaque soir devant 4 000 personnes pendant 18 shows d’affilée, durant lesquels elle change douze fois de costumes en 130 minutes. Du jamais-vu.

Palais Galliera
Du 27 avril au 13 août 2017
10 av. Pierre Ier de Serbie, 75016 - M° Iéna (9)

Du mar. au dim. de 10h à 18h
Le jeu. jusqu’à 21h
Fermé le lun.
Tarif : 11€ - TR : 8€
Gratuit - de 18 ans 

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Venenum, un monde empoisonné