Venenum, un monde empoisonné
Venenum, un monde empoisonné

On a vu Cristobal Balenciaga au Musée Bourdelle

Jusqu'au 16 juillet 2017
Musée Bourdelle //

Cristobal Balenciaga, celui que l’on nomme le « couturier des couturiers », celui qui a habillé les plus belles femmes du monde à commencer par Grace Kelly, est le magnifique invité du Musée Bourdelle pour fêter les 100 ans de sa Maison de Couture. Et quel plus joli cadre pour exposer ses modèles que la maison-atelier de l’un des sculpteurs les plus emblématiques du tournant du XXe siècle? Quel plus beau cadre pour saisir la dimension sculpturale exceptionnelle de ses créations ? Une exposition qui nous propose un pari ambitieux, nous prouver que le noir est tout sauf une « non-couleur ».

Et effectivement, quand on arrive ici,  la première émotion qui nous saisit c’est l’absurdité d’un mot unique pour désigner le « noir », face à l’incroyable palette de noirs que le créateur déroule sous nos yeux. Balenciaga arrive à conjuguer à l’infini le noir grâce à la matière, à la lumière et aux jeux de transparence. Ici le noir se fait tour à tour mat, brillant, opaque, transparent, scintillant.

Aucun doute, Cristobal Balenciaga est bien ce créateur de génie qui a su faire du noir une couleur, faire du vêtement une sculpture, faire de la matière une œuvre. Et ici, au cœur de l’atelier d’Antoine Bourdelle, ses tenues sculpturales dialoguent à merveille avec les sculptures du maître. La somptuosité des tissus est sublimée par l’épure des coupes, les formes simplifiées à l’extrême, sans couture ou presque, pour ne garder que l’essentiel de la silhouette et réveiller la vibrance du noir.  Balenciaga a réussi à déconstruire les lignes du corps et à révolutionner la mode avec sa vision architecturale du vêtement, faisant de ses modèles d’incroyables œuvres d’art. Et ici on vit un rêve d’enfant en pouvant approcher de si près ses modèles les plus iconiques en ballon, tonneau, ou comme sa célèbre robe-sac dont on a toutes rêvé.
Et puis regardez un peu ces dentelles et broderies d’une finesse éblouissante, guipures, tombés de velours, taffetas de soie, franges délicates, rubans de satin, perles de jais, paillettes… Balenciaga va même jusqu’à créer des matières inédites, comme le gazar, à admirer dans cette exposition.

Et puis ce qui nous frappe ici aussi, c’est ce talent unique de l’artiste à puiser dans ses racines espagnoles, dans les traditions d’une Espagne folklorique, sans jamais tomber dans le pittoresque.

Rien à dire, la magie opère.

  • Vue de l'exposition Balenciaga
  • Vue de l'exposition Balenciaga- Musee Bourdelle- Paris
  • Vue de l'exposition Balenciaga
  • Vue de l'exposition Balenciaga- Musée Bourdelle- Paris
  • Vue de l'exposition Balenciaga- Musée Bourdelle- Paris
  • Vue de l'exposition Balenciaga- Musée Bourdelle- Paris
  • Vue de l'exposition Balenciaga- Musée Bourdelle- Paris
  • Vue de l'exposition Balenciaga- Musée Bourdelle- Paris
  • Vue de l'exposition Balenciaga- Musée Bourdelle- Paris
  • Vue de l'exposition Balenciaga- Musée Bourdelle- Paris
  • Vue de l'exposition Balenciaga- Musée Bourdelle- Paris
  • Vue de l'exposition Balenciaga- Musée Bourdelle- Paris
  • Vue de l'exposition Balenciaga- Musée Bourdelle- Paris
  • Vue de l'exposition Balenciaga- Musée Bourdelle- Paris

 

Musée Bourdelle
Jusqu’au 16 juillet 2017

18 rue Antoine Bourdelle, 75015 - M° Falguière (12)
Du mar. au dim. de 10h à 18h
Fermé le lun.
Tarif : 10€ - TR : 7€
Gratuit - de 18 ans 

>> Plus de vidéos d'expos

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Venenum, un monde empoisonné