Pierre et Gilles, Clair obscur
Pierre et Gilles, Clair obscur

On a vu Mécaniques de Zimoun au Centquatre- Paris

Jusqu'au 6 août
Le CentQuatre-Paris //

Zimoun, est-ce que vous connaissez ? Eh bien il s’agit d’un artiste suisse pas ordinaire, et croyez-moi, ici vous allez en prendre plein la vue, et surtout plein les oreilles.

Son credo, ce sont les sculptures sonores. Des sculptures monumentales qui sont en fait des assemblages d’objets du quotidien, des cartons, des balles, des baguettes… et qui habitent l’espace non seulement par leurs volumes mais surtout par leurs sons. Et ici, il faut vous préparer à vivre une expérience sensorielle unique, quelque chose que vous n’oublierez probablement jamais.

Zimoun c’est un magicien du rythme, on pourrait le qualifier de sculpteur-compositeur du son contemporain.

Et pour cette exposition qui est sa plus grande jamais réalisée en France, on va découvrir une dizaine d’installations, des œuvres totalement immersives, vibrantes, vivantes presque. Chaque œuvre a été créée sur-mesure pour les lieux.

Et écoutez, étonnamment c’est bruyant, cacophonique peut-être au début.

Et progressivement, on ouvre ses chakras, on respire, on écoute, et pour un peu, on oublierait presque ces milliers de baguettes qui s’entrechoquent pour ne retenir que le bruit d’une cascade de montagne.

Pour un peu, on jurerait que ces balles de mousse qui tapent sur ces immenses murs en carton ne sont en fait que le début d’un orage, quand la grêle commence à tomber. A moins que ce ne soit une immense salle de théâtre au moment des applaudissements. Ce qui est génial, c’est que chacun entend et imagine bien ce qu’il veut.

Regardez ces bétonnières noires, qui tournent à vide, toutes noires, jolies, toutes neuves, une soixantaine quand même c’est pas rien. Un concert comme je défie d’en avoir déjà entendu …

Une forêt de baguettes dans un ballet assourdissant, un container rempli de sacs qui respirent, des cartons qui luttent… Chacun ressent quelque chose d’unique, parfois c’est stressant parfois au contraire on est super bien, on voudrait rester des heures…

Franchement même si vous êtes sceptique sur l’art contemporain, on vous recommande très vivement cette exposition littéralement extra-ordinaire.

  • Zimoun au 104 Paris- Vue de l'exposition
  • Zimoun au 104 Paris- Vue de l'exposition
  • Zimoun au 104 Paris- Vue de l'exposition
  • Zimoun au 104 Paris- Vue de l'exposition
  • Zimoun au 104 Paris- Vue de l'exposition
  • Zimoun au 104 Paris- Vue de l'exposition
  • Zimoun au 104 Paris- Vue de l'exposition
  • Zimoun au 104 Paris- Vue de l'exposition
  • Zimoun au 104 Paris- Vue de l'exposition
  • Zimoun au 104 Paris- Vue de l'exposition

 

Le CentQuatre-Paris
Du 25 mars au 6 août 2017

5 rue Curial, 75019 - M° Riquet (7)
Mer, jeu et le week-end de 14h à 19h
Fermé lun, mar et ven
Tarif : 5€ - Tarif réduit : 3€

>> Plus de vidéos d'expos

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Vous aimerez aussi…

BOUDHA

On a vu l'impressionnante expo Holy de Prune Nourry au Musée Guimet

Jusqu’au 18 septembre 2017 - Musée Guimet // Carte blanche à l’une des plus jeunes (et talentueuses) artistes françaises. Prune Nourry c’est d’ailleurs la plus jeune artiste qui ait jamais exposé…

auto-photo

On a vu Autophoto à la Fondation Cartier

Jusqu'au 24 septembre 2017 Fondation Cartier // Une exposition avec un sujet plutôt atypique, en tous cas intriguant, puisqu’elle va nous parler de voitures… Etrange, presque un peu fou de tenter de…

islam

On a vu les trésors d'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar à l'Institut du Monde Arabe

Jusqu'au 30 juillet 2017 Institut du Monde Arabe // Comment l'islam s'est-il diffusé en Afrique subsaharienne, comment les peuples africains se le sont-ils approprié, et comment l’ont-ils intégré à…

PARIS-TOKYO

On a vu Tokyo-Paris au Musée de l'Orangerie

Jusqu'au 21 août 2017 Musée de l’Orangerie // Si on vous dit « Ishibashi » il est très probable que ce nom ne vous parle pas trop… Si en revanche on vous parle de Bridgestone, là vous devriez…


Pierre et Gilles, Clair obscur