La première chaine d'expositions de France enfin lancée sur YouTube
La première chaine d'expositions de France enfin lancée sur YouTube

On a vu (et adoré) Picasso Primitif au Musée du Quai Branly

Jusqu'au 23 juillet 2017
Musée du Quai Branly-Jacques Chirac//

Le Musée du Quai Branly fête sa 100ème exposition en convoquant le maître suprême qu’est Picasso aux côtés d’artistes dits primitifs. Un pari osé quand on sait à quel point Picasso réfutait toute influence des arts premiers sur son travail, et un pari remarquablement réussi lorsqu’on arrive ici, face à ce spectacle grandiose de 300 œuvres dont plus de 100 réalisées par l’artiste espagnol, des œuvres troublantes de similitudes, il faut l’avouer on se sait plus qui a fait quoi…

Pour la petite histoire, au début du 20ème siècle, Picasso va faire la découverte de ces arts premiers, d’abord chez son ami Derain, en tombant en extase devant un masque du Gabon, puis lors de sa visite mémorable au Musée du Trocadéro, qui est aujourd’hui le Musée de l’Homme, une visite qui va bouleverser à jamais sa vision de l’art. La première œuvre qui en découle ce sont les célébrissimes Demoiselles d’Avignon, une oeuvre que Picasso qualifiait d’ailleurs d’être sa « première toile d’exorcisme ».

Alors Picasso a beau nous dire qu’il ne connaît pas l’art nègre, nom que portaient les arts premiers à l’époque, on a pas mal de raisons de ne pas le croire sur parole, surtout quand on observe ces photos de son atelier, envahi par les œuvres venues d’Océanie, d’Afrique et d’Asie qu’il collectionne par centaines, masques, totems, fétiches et autres statuettes.

Pourquoi cette fascination ? Eh bien Picasso voit dans cet art quelque chose de sacré, d’universel. Et effectivement les formes sont réduites au minimum, elles sont immédiatement compréhensibles quelles que soient notre culture. Regardez ces yeux, ils sont résumés par deux trous, c’est l’essentiel. Les arts premiers sont à comprendre ici au sens d’actes premiers, actes créateurs et primordiaux. On se fiche du beau, ce qui compte c’est un message universel.

Universalité aussi dans cette exposition qui se rend accessible aux personnes en situation de handicap visuel, avec des moulages d’œuvres permettant de les toucher et de les comprendre, avec des guides en braille et un parcours aménagé. Une initiative trop rare qu’on salue.

Une exposition magique, au propre comme au figuré.

  • Vue de l'exposition Picasso Primitif au musee du Quai Branly
  • Vue de l'exposition Picasso Primitif au musee du Quai Branly
  • Vue de l'exposition Picasso Primitif au musee du Quai Branly
  • Vue de l'exposition Picasso Primitif au musee du Quai Branly
  • Vue de l'exposition Picasso Primitif au musee du Quai Branly
  • Jeune garçon nu
  • Tête de femme
  • Buste d'homme écrivant
  • Grande Nature morte au guéridon
  • MQB. Vue de l'exposition : "PICASSO PRIMITIF". Du 28 mars au 23 juillet 2017.
  • MQB. Vue de l'exposition : "PICASSO PRIMITIF". Du 28 mars au 23 juillet 2017.
  • MQB. Vue de l'exposition : "PICASSO PRIMITIF". Du 28 mars au 23 juillet 2017.
  • MQB. Vue de l'exposition : "PICASSO PRIMITIF". Du 28 mars au 23 juillet 2017.
  • MQB. Vue de l'exposition : "PICASSO PRIMITIF". Du 28 mars au 23 juillet 2017.
  • Front bombé, nervure verticale, visage légèrement concave. Narines creusées sous la base du nez, retroussé. Bouche prognathe, ouverte. Sillon creusé sous le menton. 27 perforations subsistant sur le pourtour, 2 trous pour les orbites, un pour la bouche. Bois rougeâtre, dur, patine foncée, brillante, recouverte par endroits d'un enduit granuleux rougeâtre. Cassure côté gauche lèvre supérieure. Haut. 24 cm. Larg. 15 cm. Prof. 7,5 cm. Bois Oldfieldia africana (euphorbiacée), an. M. Normand, oct. 1977.
  • Statue entièrement fabriquée à partir de ferrailles d'origine européenne. Les pieds en fer forgé sont rivés au socle formé d'une plaque en tôle d'acier. Les jambes, barres de fer martelées, sont pourvues de prolongements s'enfonçant dans les pieds auxquels les fixent des rivets. Elles sont reliées au corps par rivetage sur un axe horizontal qui traverse le haut des cuisses. Le corps lui-même est fait d'une forte barre de fer à section rectangulaire. Au niveau des épaules une barre horizontale (percée au milieu pour le passage du cou) s'adapte au corps sur lequel elle est fixée par un énorme clou. Vers le haut, le corps devient un cylindre muni d'un boulon au sommet et destiné à recevoir le cou, tube de tôle qu'entoure un collet et qui supporte la tête. Celle-ci, boule creuse sur laquelle le visage est attaché comme un masque, est coiffée d'un chapeau surmonté par un écrou vissé sur le boulon. Les bras tubes adaptés aux épaules, enveloppent les barres de fer traités plus bas en avant-bras et en mains. Des épaules jusqu'au milieu des cuisses, le coups est revêtu d'une tunique sans manches en tôle mince dont les feuilles, découpées au ciseau, récréent l'ampleur des tuniques de guerre dahoméennes. Sous la tunique, Gou porte un pagne fait d'une épaisse barre de fer aplatie et courbée. La main droite tenait autrefois une clochette et la main droite un grand sabre au fer ajouré. Hauteur : 165 cm.
  • Front protubérant. Nervure frontale. Yeux en fente Mufle très proéminent, garni de dents taillées en pointe. Hauteur : 24,5 cm. Largeur : 13,8 cm. Profil : 11,5 cm.
  • Vue de l'exposition Picasso Primitif au musee du Quai Branly
  • Vue de l'exposition Picasso Primitif au musee du Quai Branly
  • Vue de l'exposition Picasso Primitif au musee du Quai Branly
  • Vue de l'exposition Picasso Primitif au musee du Quai Branly
  • Vue de l'exposition Picasso Primitif au musee du Quai Branly
  • Vue de l'exposition Picasso Primitif au musee du Quai Branly
  • Vue de l'exposition Picasso Primitif au musee du Quai Branly

 

  • Front bombé, nervure verticale, visage légèrement concave. Narines creusées sous la base du nez, retroussé. Bouche prognathe, ouverte. Sillon creusé sous le menton. 27 perforations subsistant sur le pourtour, 2 trous pour les orbites, un pour la bouche. Bois rougeâtre, dur, patine foncée, brillante, recouverte par endroits d'un enduit granuleux rougeâtre. Cassure côté gauche lèvre supérieure. Haut. 24 cm. Larg. 15 cm. Prof. 7,5 cm. Bois Oldfieldia africana (euphorbiacée), an. M. Normand, oct. 1977.
  • Statue entièrement fabriquée à partir de ferrailles d'origine européenne. Les pieds en fer forgé sont rivés au socle formé d'une plaque en tôle d'acier. Les jambes, barres de fer martelées, sont pourvues de prolongements s'enfonçant dans les pieds auxquels les fixent des rivets. Elles sont reliées au corps par rivetage sur un axe horizontal qui traverse le haut des cuisses. Le corps lui-même est fait d'une forte barre de fer à section rectangulaire. Au niveau des épaules une barre horizontale (percée au milieu pour le passage du cou) s'adapte au corps sur lequel elle est fixée par un énorme clou. Vers le haut, le corps devient un cylindre muni d'un boulon au sommet et destiné à recevoir le cou, tube de tôle qu'entoure un collet et qui supporte la tête. Celle-ci, boule creuse sur laquelle le visage est attaché comme un masque, est coiffée d'un chapeau surmonté par un écrou vissé sur le boulon. Les bras tubes adaptés aux épaules, enveloppent les barres de fer traités plus bas en avant-bras et en mains. Des épaules jusqu'au milieu des cuisses, le coups est revêtu d'une tunique sans manches en tôle mince dont les feuilles, découpées au ciseau, récréent l'ampleur des tuniques de guerre dahoméennes. Sous la tunique, Gou porte un pagne fait d'une épaisse barre de fer aplatie et courbée. La main droite tenait autrefois une clochette et la main droite un grand sabre au fer ajouré. Hauteur : 165 cm.
  • Front protubérant. Nervure frontale. Yeux en fente Mufle très proéminent, garni de dents taillées en pointe. Hauteur : 24,5 cm. Largeur : 13,8 cm. Profil : 11,5 cm.

Musée du Quai Branly- Jacques Chirac
Jusqu'au 23 juillet 2017
37 quai Branly, 75007 – RER Pont de l’Alma (C)
Mar, mer, dim de 11h à 19h – Du jeu au sam de 11h à 21h
Fermé le lun
Tarif : 10 € – Tarif réduit : 7 €

>> Plus de vidéos d'expos

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Vous aimerez aussi…

BOURDIN

On a vu la superbe exposition (gratuite) de Guy Bourdin, Maison Chloé

Jusqu'au 6 septembre 2017 Maison Chloé // Direction la toute nouvelle Maison Chloé, à deux pas du Parc Monceau, un magnifique hôtel particulier, dédié au patrimoine historique de cette maison…

cézanne

On a vu les portraits de Cézanne au Musée d'Orsay

Jusqu'au 24 septembre 2017 Musée d’Orsay //  Cézanne, qu’on considère aujourd’hui unanimement comme le père de la peinture moderne, celui qui a inspiré Matisse ou Picasso avec sa peinture…

Xu

On a vu Xu Zhen, l'expo qui choque les cultures à la Galerie Perrotin

Jusqu'au 29 juillet 2017 Galerie Perrotin // Xu Zhen, vous ne connaissez pas encore ? Eh bien écoutez, il s’agit de l’un des plus grands artistes chinois de la scène internationale, une star…

peindre la banlieue

On a été conquis par l'exposition Peindre la Banlieue du Musée de la Carte à Jouer

Du 17 mai au 13 août 2017 Musée Français de la carte à jouer // Rien à dire. Peindre la Banlieue, ce qui est fou c’est qu’aujourd’hui y a presque une connotation négative dans cette…


La première chaine d'expositions de France enfin lancée sur YouTube