Les gendarmeries du monde
Les gendarmeries du monde

Rêve des formes

Du 14 juin au 10 septembre 2017
Palais de Tokyo //

Quand l’artiste devient scientifique

Avez-vous déjà essayé d’imaginer le monde sans l’Homme ? C’est le pari fou que s’est lancé le Palais de Tokyo en invitant une vingtaine d’artistes contemporains à présenter leurs travaux. Chacun à sa manière exprime son rapport au vivant, dans un monde où d’une part, l’Homme réalise qu’il n’est qu’une espèce parmi tant d’autres dans un écosystème fragile, et où d’autre part, la technologie tend à remplacer le travail de l’Homme. Un véritable dialogue s’ouvre alors entre science et art, puisque les capacités technologiques développées par les scientifiques ouvrent d’immenses champs d’expression aux artistes en leur fournissant des moyens inédits. On constate ici une volonté commune aux artistes de renouer avec la forme, en se détachant de la narration et en explorant notamment les univers de l’infiniment grand et de l’infiniment petit. Ensemble, ces installations, peintures et photographies donnent à voir un paysage imaginaire, peuplé de créatures monstrueuses, d’êtres difformes aux allures oniriques. On découvre des œuvres très déroutantes comme Sonoro, de Dora Budor, un caisson lumineux, suspendu, refermant les amphibiens qui figurent dans la scène finale du film « Magnolia » de Paul Thomas. Au fil du parcours et des ponts qui se forment entre les œuvres, on plonge véritablement dans cet univers étrange, presque inquiétant qui donne lieu à des réflexions vertigineuses sur notre propre rapport au monde. L’exposition construit des images puissantes qui continuent de nous faire cogiter une fois hors du musée.

The exhibition “The Dream of Forms” has been conceived as an imaginary landscape, a monstrous garden with perishable forms growing in it, as well as germinating surfaces, protuberant organisms and flat figures and its examines the link between science and art.

  • © Marie-Jeanne Musiol
  • © Courtesy Jean-Paul Delahaye et Olivier Perriquet
  • © Courtesy de l’artiste. Production Le Fresnoy – Studio national
  • © Courtesy Jean-Paul Delahaye et Olivier Perriquet
  • © Courtesy de l’artiste et Galerie Les filles du calvaire, Paris Prix Swiss Life à 4 mains 2017
  • © Courtesy de l’artiste et Galerie Les filles du calvaire, Paris Prix Swiss Life à 4 mains 2017
  • © Courtesy of the artiste and New, Galerie, Paris Produced with the support of Fabien Pacory Advisory, China
  • © Collection privée, Belgique. Courtesy de l’artiste & Galerie Eva Hober, Paris
  • © Courtesy Annick Lesne et Julien Mozziconacci
  • © Photo : Martin Argyroglo Courtesy de l’artiste et Galerie Bugada & Cargnel, Paris

 

Palais de Tokyo
Du 14 juin au 10 septembre 2017
13 avenue du Président Wilson, 75016 

M° Iéna (9)         
Du mer. au lun. de 12h à minuit - Fermé le mar.                
Tarif : 12 € - Tarif réduit : 9 € - Gratuit -18 ans        
Accès aux personnes à mobilité réduite

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Expo précédente


Les gendarmeries du monde