fbpx
Le Boverie
Le Boverie

On a vu Dalida, une garde-robe à la ville à la scène, au Palais Galliera

Jusqu'au 13 août 2017 - Palais Galliera //

Déjà 30 ans qu’une étoile de la chanson nous a quitté, et à cette occasion, le Palais Galliera consacre à Dalida une exposition éblouissante, nous ouvrant les portes de son incroyable dressing. 30 ans de carrière se racontent ici en une centaine de tenues, toutes plus incroyables les unes que les autres, autant de pièces qui entrent désormais dans le patrimoine national suite à la donation exceptionnelle de son frère Orlando.

Dalida aimait la mode et les couturiers lui rendaient bien, elle qui avait cette silhouette des plus parfaite, cette allure naturelle, cette grâce irrésistible. Au début de l’exposition, on entre dans un vestiaire aux tonalités fraîches, ambiance pastel et robes-sabliers à bustier. Nous sommes en 1958, Dalida porte cette robe de velours rouge pour son premier récital à Bobino, une robe fétiche couleur rideaux de scène qu’elle reportera à nouveau pour la remise de son disque de diamant, une distinction qu’elle est la première chanteuse de l’histoire à recevoir. Nous sommes 25 ans plus tard, à l’Olympia, Miss Egypte est devenue une mega star, mais sa silhouette n’a pas changé.

Au fil de l’exposition, on va suivre les émotions de sa vie, un peu comme un carnet intime, comme cette période plus austère et grave, moment où la vie lui arrache son amour Luigi qui mettra fin à ses jours. Tel un personnage de tragédie grecque, ses robes s’allongent, se dramatisent, les couleurs s’effacent, et la silhouette se fait fluide, presque fragile, comme avec cette création signée Balmain en soie ivoire. Balmain, Azzarro, Chanel, Christian Dior ou Yves Saint Laurent, les plus grands créateurs habillent de leur lumière cette icône du glamour. Un défilé qui s’orchestre ici dans une scénographie implacable, signée Robert Carsen. On se sent proche de la Star, les tenues sont à notre hauteur, et non pas élevées sur un immense piédestal. Pas de vitrines, malgré l’immense fragilité de ces tenues, une chance de plus en plus rare dans les expositions de mode. On en profite pour admirer chaque détail.

  • exposition dalida une garde-robe de la ville a la scene palais galliera paris_1848
  • exposition dalida une garde-robe de la ville a la scene palais galliera paris_1850
  • exposition dalida une garde-robe de la ville a la scene palais galliera paris_1846
  • exposition dalida une garde-robe de la ville a la scene palais galliera paris_1840
  • exposition dalida une garde-robe de la ville a la scene palais galliera paris_1813
  • exposition dalida une garde-robe de la ville a la scene palais galliera paris_1836
  • exposition dalida une garde-robe de la ville a la scene palais galliera paris_1804
  • exposition dalida une garde-robe de la ville a la scene palais galliera paris_1800
  • exposition dalida une garde-robe de la ville a la scene palais galliera paris_1795
  • exposition dalida une garde-robe de la ville a la scene palais galliera paris_1856
  • exposition dalida une garde-robe de la ville a la scene palais galliera paris_1851
  • exposition dalida une garde-robe de la ville a la scene palais galliera paris_1794
  • exposition dalida une garde-robe de la ville a la scene palais galliera paris_1809
  • exposition dalida une garde-robe de la ville a la scene palais galliera paris_1811
  • exposition dalida une garde-robe de la ville a la scene palais galliera paris_1844

 

Arrive le moment où la chanteuse passe du récital au show, la haute-couture laisse place au costume de scène, la soie et les perles délicates se fondent dans une constellation de paillettes, strass, plumes d’autruche, peaux tigrées, cuir ou froufrous comme un véritable kaléidoscope de couleurs et de lumières. Exubérance, flamboyance et toujours dans l’élégance et l’ultra-féminité, on oscille entre le faste révolu des cabarets du début du siècle et le luxe bling bling des shows à l’américaine.

Les tenues tournoient autour de nous, sur autant de disques d’or, sur des airs intemporels. On assiste à la naissance non pas d’une Diva mais véritablement d’une icône. La légende se ranime ici, comme si Dalida ne nous avait quittés.

Palais Galliera
Du 27 avril au 13 août 2017
10 av. Pierre Ier de Serbie, 75016 - M° Iéna (9)
Du mar. au dim. de 10h à 18h
Le jeu. jusqu’à 21h
Fermé le lun.
Tarif : 12€ - TR : 9€
Gratuit - de 18 ans 

>> Plus de vidéos d'expos

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Vous aimerez aussi…

Ceija Stojka vignette

On a vu l'exposition Ceija Stojka à la Maison rouge

Jusqu'au 20 mai 2018 - La Maison Rouge // La Maison Rouge met à l’honneur Ceija Stojka, une artiste Rom, rescapée des camps. Ceija a 10 ans quand elle est déportée avec sa mère, elle connaîtra 3…

BETTINA_preview

On a vu Détenues de Bettina Rheims au Château de Vincennes

Jusqu'au 30 avril 2018 - Château de Vincennes // Bettina Rheims, la photographe des stars se penche désormais sur ces inconnues en détention carcérale. Après les icônes comme Monica…

FESTIVAL CIRQUE

On a vu le Festival du Cirque de demain

Du 1er au 4 février 2018 -  Cirque Phénix // Ça fait presque 40 ans que ce festival mondial a lieu. On pourrait le comparer un peu à des Jeux Olympiques du Cirque. Ici ce ne sont que des prodiges…

LE HAVRE

On a vu Comme une histoire au Muma

Jusqu'au 18 mars 2018 -  MuMa Le Havre //  Le MuMA du Have nous présente sa nouvelle exposition, conçue comme une histoire, une histoire du Havre, cette ville-portuaire aux mille visages,…


Le Boverie