Les gendarmeries du monde
Les gendarmeries du monde

Mémoire et lumière

Du 28 juin au 27 août 2017
Maison européenne de la Photographie //

  • Epreuve aux sels d’argent
  • Epreuve aux sels d’argent
  • Miyako Ishiuchi Mother’s #54, 2002
  • HI BLASTS3-3
  • Epreuve aux sels d’argent
  • Ryuji Miyamoto Kobe, après le tremblement de terre, 1995
  • Shoji Ueda Portrait sur les dunes, vers 1950
  • Epreuve aux sels d’argent
  • Taiji Matsue Malaysia #23, 2002
  • Toshio Shibata Village d’Onomichi, préfecture de Gunma, 1994
  • Tirage couleur

 

Récit d'un pays

Un pays, vingt-et-un photographes. Une histoire, vingt-et-un regards pour nous en faire le récit. Une société en mutation, vingt-et-un témoins pour nous en démontrer les ressorts. C’est le pari ambitieux auquel travaille la Maison européenne de la photographie depuis le milieu du XXe siècle au côté de la société japonaise d’impression Dai Nippon Printing Co. Ltd. Le principe, acquérir un fond d’œuvres d’artistes japonais au fil des années depuis 1950. Avec aujourd’hui 540 photographies des talents les plus reconnus au Japon, la mission est plus que remplie. Encore inconnus ou peu diffusés jusque dans les années 1980, nombre d’artistes de cette collection sont désormais des noms incontournables de la photographie à l’international. Nobuyoshi Araki, Daido Moriyama, Ryuji Miyamoto, Shoji Ueda, Yasumasa Morimura… et tant d’autres sont ainsi de la partie. Ensemble, ils nous dressent le portrait d’un Japon meurtri, mais d’un Japon conquérant qui a su, en un demi-siècle, littéralement renaître de ses cendres. Profondément impacté par la Seconde Guerre mondiale après les événements du 6 et 9 août 1945, suivi de l’occupation américaine jusqu’en 1951, le Japon est parvenu à se hisser à la troisième place des puissances économiques mondiales dès 1968. La photographie a sa part d’implication dans l’ascension sociétale du Japon. En plein boum des mouvements contestataires des années 1980, cet art libère la parole, avec notamment l’influence très forte de la revue « Provoke », à mis-chemin entre le manifeste esthétique et philosophique, publiée de 1968 à 1969. Les vingt-et-un artistes présentés pour l’exposition se sont succédés durant ces années de transition, et apportent chacun leur vision et leur constat du Japon, tantôt réaliste, tantôt plus subjectif, mêlant malgré tout à chaque fois l’intime et l’histoire collective.

Le Saviez-vous ? La revue Provoke a beau n’avoir eu qu’un an d’existence, elle a profondément modifié le paysage artistique et politique du Japon. En trois numéros seulement elle a réuni des artistes comme Takuma Nakahira, Yutaka Takanashi et Daido Moriyama, le critique Kōji Taki et le poète Takahiko Okada, qui ont imposé une esthétique brute à base de grains et de flous.

Since the early 1990s, the Japanese printing company Dai Nippon Printing Co. Ltd. has been an important collection for the European House of Photography of Japanese photography in the second half of the 20th century.

 

Maison européenne de la Photographie
Du 28 juin au 27 août 2017
5/7 rue de Fourcy - M° Saint Paul (1)     
Du mer. au dim. de 11h à 20h                   
Fermé le lun. et mar.    
Tarif : 8 € - Tarif réduit : 4,50 €                  
Accès aux personnes à mobilité réduite    

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Expo précédente


Les gendarmeries du monde