Mémorial Acte
Mémorial Acte

Anders Zorn, maître de la peinture suédoise

  • DSC01612 Anders Zorn, Alfred Beurdeley, 1906 - Exposition Anders Zorn au Petit Palais

 

Juqu'au 17 décembre 2017 - 
Petit Palais //

  • Nationalmuseum, Stockholm, Suède
  • Anders Zorn, Kyrkviken, Lidingö, aquarelle 1883. Musée Zorn, Mora, Suède
  • Musée Zorn, Mora, Suède
  • Musée Zorn, Mora, Suède
  • Collection privée, Suède
  • 1887. Musée Zorn, Mora, Suède
  • Musée Zorn, Mora, Suède
  • National Gallery of Denmark, Copenhague, Dannemark
  • Musée Zorn, Mora, Suède
  • Nationalmuseum, Stockholm, Suède
  • Musée des Beaux-arts Goteborg , Suède
  • Nationalmuseum, Stockholm, Suède
  • Musée Zorn, Mora, Suède
  • Nationalmuseum, Stockholm, Suède
  • Musée Zorn, Mora, Suéde
  • Collection particulière, Genève, Suisse

 

Avoir le pied marin, ou la main

Après avoir disparu du paysage depuis le début des années 1900, le peintre suédois Anders Zorn fait son grand retour sur les cimaises parisiennes. C’est au Petit Palais qu’il se fait une nouvelle jeunesse, suivant les pas de Carl Larsson, autre figure tutélaire de l’art suédois, qui a précédemment été mis à l’honneur (en 2014) au même endroit. Au tournant du XIXe et du XXe, Anders Zorn n’a pas manqué de marquer son époque, et pourtant les mémoires se rappellent peu son nom aujourd’hui. C’est aux États-Unis qu’il connaît un succès retentissant, après avoir sillonné l’Europe une fois son diplôme en poche. Il conquit tout d’abord son public par ses aquarelles en grand format, d’une technicité sans faille, s’avérant tout particulièrement habile dans la reproduction de l’eau et de son mouvement perpétuel. De la lagune vénitienne à la côte Nord-Africaine en passant par le port de Hambourg, il s’adonne à cet exercice avec une aisance déconcertante. Mais ce qui va séduire avant tout le nouveau continent, ce sont ses portraits. Les grands commanditaires se bousculent pour avoir leur reflet de peinture dressé sous le pinceau de l’artiste. Il fait preuve d’un sens du cadrage et d’une maîtrise de la lumière qui lui valurent une reconnaissance internationale. Célèbre pour l’élégance et la sophistication qu’il insuffle à ses compositions, il est désormais possible de découvrir et de se réapproprier son art.

At the turn of the nineteenth and twentieth, Anders Zorn did not fail to mark his era, and yet few memories remember his name today. It is in the United States where it has a resounding success.

Pour aller plus loin, découvrez notre focus d'oeuvre : Anders Zorn - Le Buisson d'épines (1886)

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Expo précédente


Mémorial Acte