MAM
MAM

Charles Fréger - L’Épopée de Jeanne d’Arc

Du 26 septembre au 7 octobre 2017 - 
Studio Le Patio //

  • HyperFocal: 0
  • HyperFocal: 0
  • HyperFocal: 0
  • HyperFocal: 0
  • HyperFocal: 0
  • HyperFocal: 0
  • HyperFocal: 0
  • HyperFocal: 0
  • HyperFocal: 0
  • HyperFocal: 0
  • HyperFocal: 0
  • HyperFocal: 0
  • L'épopée de Jeanne d'Arc - Charles Fréger
  • HyperFocal: 0
  • HyperFocal: 0
  • HyperFocal: 0

 

La voix à suivre

Figure féminine et emblématique du Moyen-Age, Jeanne d’Arc a encore des récits à nous faire partager. Elle reprend vie dans l’œuvre du jeune photographe Charles Fréger, qui puise dans l’histoire de France d’hier pour nous parler de celle d’aujourd’hui. Ce ne sont pas tant les codes auxquels renvoie cette icône qui nous importent là, mais plutôt le fait et la manière dont elle les incarne. Devenue un stéréotype, elle fait partie de notre mémoire collective. Chacun connaît son histoire, son personnage, parfois sans savoir pour autant la date de sa mort ou le combat qu’elle a mené. Comment réactiver un mythe alors ? Comment s’y référer ? L’habit ne fait pas le moine, certes, mais il permet en tout cas de s’en approcher. Une femme en armure, montée sur un fier destrier ou tenant avec aplomb un arc ou une épée suffit à évoquer le mythe de Jeanne d’Arc dans nos esprits. C’est en 2004, lorsque Charles Fréger décide de débuter une série de photographies sur les lycéennes, les majorettes comme il les appelle, qui se déguisent chaque année en armure et montent à cheval pour défiler que lui vient l’idée. Suivant un exercice précis de codifications, il va mettre en scène ses modèles, jouer sur les contraintes, les poses, les éclairages et les cadrages pour invoquer Jeanne d’Arc. Fasciné à la fois par les représentations historiques, les marques vernaculaires des communautés, en particulier les costumes et les uniformes, Charles Fréger construit ici une imagerie contemporaine d’une histoire passée et collective, jouant sur son caractère intemporel.

Le Saviez-vous ? En 1424, les Anglais envahissent la France. Ils décident alors de monter un siège devant Orléans, afin de pouvoir traverser la Loire et conquérir le reste du pays aisément. C’était sans compter sur cette jeune paysanne emplie de convictions, Jeanne d’Arc, aussi appelée “La Pucelle d’Orléans”. La ville ne tomba jamais. Jeanne d’Arc est déclarée hérétique et condamnée au bûcher le 30 mai 1431.

Jeanne d'Arc comes back to life through the work of young photographer Charles Fréger, who draws from the past of France to tell us a timeless story.

Studio Le Patio
Du 26 septembre au 7 octobre 2017
5 rue Meyerbeer, 75009 – M° Opéra (7/8/11)
Du lun. au sam. de 8h30 à 23h30
Fermé le dim.
Entrée libre

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Vous aimerez aussi…

Chongqing-003

Métamorpolis - Tim Franco

Jusqu’au 1er octobre 2017 Maison de la Chine En Chine, il existe une ville du nom de Chongquing. Elle s’étend parmi les collines et abrite le barrage des Trois-Gorges, barrage hydraulique le…

frédéric vayr love view

Frédéric Vayr – Love View

Atelier d'imprimerie d'Art Stéphane Guilbaud Du 4 au 28 juillet 2017 // Les yeux fermés A travers son exposition, Love View, Frédéric Vayr écrit une lettre passionnée à son travail premier,…

nathalie junod ponsard, crépuscule persistant

Le dépli de la lumière

Inauguration le 4 juillet 2017 Bâtiment Austerlitz // Couleurs mouvantes A partir du 4 juillet 2017 une œuvre d’art atypique fera briller le bâtiment Austerlitz d’une lumière nouvelle dans la…

Vier5, design graphiques, arts déco

Design graphiques - Autour de soi, tout est art

Musée des arts décoratifs Jusqu’au 27 août 2017 // Les designs graphiques sont partout, où que l’on se trouve. Ils nous toisent dans leurs affiches le long des rues, à la lumière des métros, ils…


MAM