Expo in the City YouTube
Expo in the City YouTube

La Comédie humaine

Derain -
Le Bal à Suresnes – 1903 //

Figure tutélaire de l’avant-garde au XXe siècle, Derain trace la voie au fauvisme puis au cubisme aux côtés de Matisse, Braque et Picasso. Et pourtant, André Derain bénéficie d’une notoriété bien moindre que ses contemporains. A l’âge de 23 ans, en 1903, il effectue son service militaire à Commercy. Sur place l’ennui le saisit plus que tout, et il nous livre, pour pallier à ce néant, une toile pleine d’ironie, Le Bal à Suresnes.

STM620447 At the Suresnes Ball, 1903 (oil on canvas) by Derain, Andre (1880-1954); 180x145.1 cm; Saint Louis Art Museum, Missouri, USA; (add.info.: Suresnes, Paris, France.); Museum Purchase; PERMISSION REQUIRED FOR NON EDITORIAL USAGE; French,  in copyright

PLEASE NOTE: This image is protected by artist's copyright which needs to be cleared by you. If you require assistance in clearing permission we will be pleased to help you. In addition, we work with the owner of the image to clear permission. If you wish to reproduce this image, please inform us so we can clear permission for you.

L’humour ne transparaît pas de prime abord, bien au contraire. La toile comme ses personnages dégagent une certaine angoisse, un malaise ambiant lorsqu’on les contemple. C’est une scène plutôt incongrue, et pourtant inspirée de la vie de conscrit du peintre. Un soldat peu aguerri engage sur la piste une danse de salon, sous les yeux d’un public réduit, trois de ses confrères d’épée. Le regard fuyant, on sent notre gentilhomme du jour en déroute, c’est presque si l’on ne l’entend pas compter ses pas tant il paraît concentré. Une tête au-dessus de lui, sa partenaire le suit. Le visage froid et figé elle ne parvient pas à nous mettre plus en confiance. Leur duo en devient risible, incarnant la maladresse et tourné en dérision par leur différence de taille. Les soldats qui leur servent de public respirent l’ennui pour deux d’entre eux, tandis que le troisième oscille entre le dédain et la curiosité.

Nous voici face à une scène de théâtre, une scène de la tragédie humaine en écho à la Comédie humaine de Balzac. Derain a le sens de la composition. Désintéressé par les paysages à cette époque, et par les décors, il épure sa toile, ne laissant que ce qui sert la narration. Dans la veine de Toulouse-Lautrec et de Zola, il aime se consacrer à la dureté et la réalité du monde. Le laid reprend ses droits et l’idéalisation n’a plus lieu d’être. Il choque par les couleurs. Le rouge et le vert entrent directement en confrontation dans cette valse. Le bleu électrique nous éclate au visage tout en liant pourtant l’ensemble du tableau. Et enfin le blanc, ce blanc immaculé, ce blanc venu contre toute attente, s’appose en plein centre de la toile. C’est un gang, la main du soldat qui tombe à plat sur les hanches de la femme. Elle semble totalement désincarnée de son corps, disproportionnée, apparaissant comme une tâche au reflet de la scène qui se déroule devant nos yeux. Entre réalisme et ironie, Derain nous fait le portrait d’une société en mutation, à la veille de la Première Guerre mondiale. Une société qui va vivre un nouvel élan artistique, auquel il ne manquera pas de participer, restant pourtant dichotomique entre sa position d’avant-gardiste et sa méfiance envers la modernité.

 > En savoir plus sur l'exposition :  Derain, la décennie radicale

MAM - Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris
Du 2 juin au 28 octobre 2017
11 avenue du président Wilson, 75019 - M° Alma-Marceau (9)
Du mar. au dim. de 10h à 18h
Nocturne le jeu. jusqu’à 22h
Fermé le lundi
Tarif : 12 € - Tarif réduit 9 € - Gratuit - 18 ans
Accessible aux personnes à mobilité réduite

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Vous aimerez aussi…

Anders Zorn, Le Buisson d'épines, 1886 - Exposition Anders Zorn au Petit Palais

Amarrage en rivages boisés

Anders Zorn -  Le Buisson d'épines (1886) //  Connu pour ses grandes aquarelles dans lesquelles il excelle à rendre le mouvement perpétuel des flots - « à mettre les vagues et les clapotis en…

14_Joos Van Cleve, Lucrèce

La triste histoire de Lucrèce

Joos Van Cleve - Lucrèce, vers 1520-1525 // François 1er est connu pour avoir apporté l’art flamand à la Cour française durant son règne. Joos van Cleve est ainsi l’un des nombreux peintres à…

Moscou, musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine © The Pushkin State Museum of Fine Arts, Moscou

A la poursuite d'un mythe

Gauguin -  Ahaoe feii, 1891 // Le Grand Palais consacre cet automne une exposition à Gauguin, peintre de l’exotisme et de la couleur, mais pourtant toujours inclassable. On le connaît tout…

Marie de Médicis en Bellone

Marie de Médicis, déesse grecque

Peter Paul Rubens - Marie de Médicis en Bellone, 1622 // Comment reconnaître le travail d’un maître ? Comment identifier sa patte, celle qui n’appartient qu’à lui et qui fait de sa toile une œuvre…


Expo in the City YouTube