Culture au quai
Culture au quai

Rentrée littéraire 2017, du bruit chez les libraires

Qui sera le prochain prix Renaudot ?

Loin d’être figée ou réservée au comité des fans de Bernard Pivot, la scène littéraire vit dans l’effervescence, et ce tout particulièrement en ce moment, rentrée littéraire oblige. Les nouveautés abondent alors, celles qu’on attendait, celles qu’on découvre, celles dont la couverture semble sympa ou dont le bandeau promotionnel aguiche. Au total, c’est plus de 500 romans qui font leur apparition sur nos étals à cette période phare de l’année, une exception à la française comme on aime s’en prévaloir. Pour faire le tri, nous sommes nombreux à avoir le même réflexe, se fier aux récompenses littéraires, et elles ne manquent pas ! Qu’à cela ne tienne, la sélection Renaudot vient de tomber, suivie de près par celle du Goncourt. Mais alors qu’en penser ?

Kaouther Adimi, Leïla Slimani, Philippe Jaenada, Alice Zeniter

Pour se faire une idée un peu précise, nous sommes allés fissa demander leurs avis à nos libraires, direction Saint-Germain des Prés, à L'écume des pages. L’avis est unanime, les prix littéraires, c’est avant tout l’apanage des maisons d’Editions. Gallimard, Seuil, Grasset… c’est eux qui déterminent quel livre trouvera refuge sur votre table de nuit, celui, primé, qui vous fera briller en société. Attention à ne pas s’y méprendre pour autant : si la dimension marketing est assurée par ses géants de l’édition, le talent, lui, appartient bien à ses auteurs, et ne peut pas être remis en question pour ses raisons. Un mécanisme si bien ficelé qu’il nous laisserait facilement penser que la sélection et son lauréat pourraient, en ce sens, être prévisibles ? Oui et non.

Pour ce qui est de la première sélection Renaudot, il est bon de voir que les nouveaux auteurs côtoient ceux plus installés, présentant ainsi des premiers romans comme des écrits attendus. On remarque la présence d’Olivier Guez ou encore de François-Henri Désérable. Celle du prix Goncourt fait quant à elle preuve de moins de fantaisie, roman uniquement, contrairement au Renaudot qui présente aussi des essais, et dont aucun n’est un premier ouvrage. Pour leur part, la surprise se fait généralement un peu plus tard, lors des résultats, où les jurys ont pour habitude de prendre le contre-pied des attentes générales.

 

Un certain parti prix

L’heure est alors aux pronostics. Qui pour le prix Renaudot ? Dans l’esprits de nos libraires de L'écume des pages, on mise sur Alice Zeniter L'Art de perdre (Flammarion), le pari du cœur va quant à lui Kaouther Adimi avec Nos richesses (Seuil) et Philippe Jaenada La serpe (Julliard). Mais comme pour un bon polar, l’intrigue ne s’arrête pas là. Parmi la sélection, Leila Slimani. Lauréate du prix Goncourt 2016 avec Chanson douce, elle est ici en lice pour son essai Sexe et mensonges. Autant dire que si victoire il y a, historique elle sera. Un doublé jamais vu, qui du côté de la rédaction, on vous l’avoue, serait un véritable plaisir. Réponse le 6 novembre, comme pour le prix Goncourt.

Dans la foulée, d’autres sélections vont suivre, celle du Médicis, de l’Académie Française, du Fémina, du Flore, sans oublier la Foire du Livre de Francfort, la plus grande du monde. Des prix qui pourrait-on croire, favorisent le fossé entre les bouquins blockbusters et les petits nouveaux. Vrai dans un sens, pour les grandes enseignes de distributions, mais qui s’avèrent infondé chez les libraires. En allant à la recherche du roman du moment, celui qu’il faut lire dit-on, on glisse petit à petit vers des lectures moins tape à l’œil sous les conseils de notre libraire, et c’est bien là le vrai plaisir.

On vous l’avait bien dit, ça s’active chez les littéraires.

Prix Renaudot 2017 : la 1ère sélection

16 Romans:

- Kaouther Adimi, Nos richesses (Seuil)
- Yves Bichet, Indocile (Mercure de France)
Mahi Binebine, Le Fou du roi (Stock)
François-Henri Désérable, Un certain M. Piekielny (Gallimard)
Pauline Dreyfus, Le Déjeuner des barricades (Grasset)
- Olivier Guez, La Disparition de Josef Mengele (Grasset)
- Eva Ionesco, Innocence (Grasset)
- Philippe Jaenada, La serpe (Julliard)
Philippe Lacoche, Le Chemin des fugues (Le Rocher)
- Hervé Le Tellier, Toutes les familles heureuses (JC Lattès)
- David Lopez, Fief (Seuil)
- Charif Madjalani, L'Empereur à pied (Seuil)
- Patricia Reznikov, Le Songe du photographe (Albin Michel)
- Daniel Rondeau, Mécaniques du chaos (Grasset)
- Anne-Sophie Stefanini, Nos années rouges (Gallimard)
- Alice Zeniter, L'Art de perdre (Flammarion)

5 Essais:

- Justine Augier, De l'ardeur (Actes Sud)
- Salim Bachi, Dieu, Allah, moi et les autres (Gallimard)
- Jean-Luc Coatalem, Mes pas vont ailleurs (Stock)
- Leïla Slimani, Sexe et mensonges (Les Arènes)
- Jean-René Van der Plaetsen, La Nostalgie de l'honneur (Grasset)

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Vous aimerez aussi…

scandales erotiques de l'art

Scandales érotiques de l'Art

Claire Maingon // Si l'érotisme a clairement pris une place importante dans l'art, ce n'est pas sans avoir causé quelques scandales... De nombreuses oeuvres sont célèbres pour les débats…

fabulleux - Wilde

Oscar Wilde, Fabul(l)eux

Patrick Chambon – Parution le 7 septembre 2016 //   Réflexion innovante et drôle sur les célèbres aphorismes d’Oscar Wilde, ce livre joue avec humour sur la relation dynamique entre le langage…

malevitch2

Malévitch

Jean-Claude Marcadé – Parution le 7 septembre 2016 //   Jean-Claude Marcadé a publié en 1990 la première monographie au monde sur Kasimir Malévitch (1878-1935), fondateur du suprématisme,…

impressionnisme

100 clés pour comprendre l’Impressionnisme en Normandie

Jean Braunstein - Parution le 25 juillet 2016 //     La Normandie a, de tous temps, attiré les artistes. L’impressionnisme y a trouvé pour s’épanouir des lumières changeantes, des…


Culture au quai