Expo in the City YouTube
Expo in the City YouTube

On a vu la FIAC édition 2017

Du 19 au 22 octobre 2017 //

Au Grand Palais :

On a testé pour vous la nouvelle édition de la Fiac au Grand Palais, avec il faut le reconnaître, un petit pincement au cœur cette année, avec une exposition plus timide que les années précédentes, qui ne nous offre plus le panache et la superbe des grandes années Fiac. La faute sans doute à la censure parisienne, qui impose des œuvres très politiquement correctes, résultat : on s’ennuie.

Petit topo de départ quand même pour cette 44e édition : 193 galeries, venues de 30 pays différents. Une entrée en matière au Grand Palais assez spectaculaire, qui laissait présager un beau cru. Regardez cette œuvre magistrale de 5 mètres de haut, signée Takashi Murakami, et recouverte de feuilles d’or. 300 kilos de sculpture estimés à plusieurs millions d’euros. Coup de cœur aussi pour cette installation exceptionnelle de Tomas Saraceno, des sculptures atypiques puisqu’elles sont réalisées en toiles d’araignées, des araignées qu’il élève dans son atelier. On reste dans le règne animal avec cette sculpture là encore étrange, signée Claire Morgan, et habitée de divers insectes dans un cocon floral. Bizarrerie aussi avec ce cerisier aux faux airs de jardin des délices de Jérôme Bosch, peuplé par des petits diablotins tout nus, comme un asile entre enfer et paradis. Pour ceux qui souhaiteraient se détendre, une table de ping pong est en libre-service, mais si vous désirez l’acheter, il faudra vous délester de quelques 60 000 euros…

Pour le reste, on vous laisse juger en image de la richesse de cette nouvelle édition, pas toujours pour le meilleur on le regrette.

  • Vue de la FIAC Grand Palais
  • Vue de la FIAC Grand Palais
  • Vue de la FIAC Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC -Grand Palais
  • Vue de la FIAC Grand Palais

 

La censure à la FIAC :

C’est le grand mot d’ordre de cette nouvelle édition : « déception ». Comment se fait-il qu’alors que Berlin, Bâle, Londres ou Venise brillent par leur panache lors des foires d’art contemporain, nous français, soyons tant à la traîne, avec des œuvres presque poussiéreuses. Pas de numérique, pas de grandiose ni de spectaculaire, les stars de cette nouvelle édition sont Picasso, César, Niki de Saint-Phalle, Warhol ou Roy Lichtenstein… De l’art moderne donc, et pas de l’art contemporain.

La faute à qui ? Sans doute à la censure parisienne, encore ravivée par le scandale récent autour de cette sculpture, le Domestikator, une position explicite de soumission comme une allusion directe à la domestication des hommes dans nos sociétés. Refusée par le Louvre pour son Jardin des Tuileries, elle trouvera finalement refuge in extremis sur le parvis du Centre Pompidou qui tire là son épingle du jeu par un gros buzz médiatique. Et force est de constater que les œuvres en libre-service si j’ose dire, exposées dans le Jardin des Tuileries, ne sont pas des plus audacieuses. Les visiteurs face à ce bassin aux sculptures flottantes ne savent pas qu’il s’agit d’une œuvre… Cette allée de miroir devient un atelier à selfies. Cette maison démontable de Jean Prouvé, qui date de 1944 (rien de contemporain soit-dit-en-passant…) laisse place à une indifférence générale désarmante. Le public n’est pas au rendez-vous, ne comprend pas, et photographie même les pelleteuses des travaux comme si c’était des œuvres d’art.

Même constat place Vendôme, avec cette installation troublante signée Oscar Tuazon, qui nous propose une canalisation géante habitée par un tronc d’arbre. Le public reste perplexe, mais personne ne crie au scandale. L’honneur est sauf. Ça nous change du sex toy géant de Mac Carthy, dégonflé par un passant en colère en 2014, ça nous change du Dirty Corner de Kapoor, saccagé en 2015 dans les jardins de Versailles après avoir été renommé le « Vagin de la Reine ». ça nous change certes, mais ça ne nous éblouit pas. Une édition 2017 presque trop politiquement correcte. Pas de faute de goût mais pas d’enthousiasme non plus.

  • Vue de la FIAC, Jardin des Tuileries
  • Vue de la FIAC, Jardin des Tuileries
  • Vue de la FIAC, Jardin des Tuileries
  • Vue de la FIAC, Jardin des Tuileries
  • Vue de la FIAC, Jardin des Tuileries
  • Vue de la FIAC, Jardin des Tuileries
  • Vue de la FIAC, Jardin des Tuileries
  • Vue de la FIAC, Jardin des Tuileries
  • Vue de la FIAC, Jardin des Tuileries
  • Vue de la FIAC, Jardin des Tuileries
  • Vue de la FIAC, Jardin des Tuileries
  • Vue de la FIAC, Jardin des Tuileries
  • Vue de la FIAC, Jardin des Tuileries
  • Vue de la FIAC, Jardin des Tuileries
  • Vue de la FIAC, Jardin des Tuileries
  • Vue de la FIAC, Petit Palais
  • Vue de la FIAC, Petit Palais
  • Vue de la FIAC, Petit Palais
  • Vue de la FIAC, Petit Palais
  • Vue de la FIAC, Petit Palais
  • Vue de la FIAC, Petit Palais
  • Vue de la FIAC, Petit Palais
  • Vue de la FIAC, Petit Palais
  • Vue de la FIAC, Petit Palais
  • Vue de la FIAC, Petit Palais
  • Vue de la FIAC, Petit Palais
  • Vue de la FIAC, Petit Palais
  • Vue de la FIAC, Petit Palais
  • Vue de la FIAC, Place Vendome
  • Vue de la FIAC, Place Vendome

 

Les bons plans du Off :

Il faut reconnaître que la FIAC ne ménage pas nos portefeuilles… A 37 euros l’entrée et 20 euros pour les jeunes de plus de 13 ans… C’est pas gagné pour tout le monde… Du coup, on vous a dégoté quelques bons plans totalement gratuits pour profiter de l’art contemporain sans se ruiner !

Direction évidemment le Jardin des Tuileries, avec un cru cette année qui manque de pep’s mais la balade reste agréable, entre sculptures, bassins d’eau, et allées arborées.

On passera vite aussi par la place Vendôme qui propose cette année l’œuvre écolo et engagée d’Oscar Tuazon, une canalisation géante de 2m de haut habitée de tronc d’arbre.

Un peu plus hors des sentiers battus, et pourtant à deux pas du grand palais, on se rend au Petit Palais qui nous a préparé une surprise d’envergure de 40 œuvres à découvrir totalement gratuitement. Des œuvres souvent trop imposantes pour trouver place sur les stands à 25 000 euros du Grand Palais… Tant mieux car pour nous c’est gratuit !

On continue notre parcours sur le parvis du Centre Pompidou, qui accueille la désormais très scandaleuse œuvre du Domestikator, une levrette architecturée en dénonciation de la domestication des peuples modernes. Vous pourrez entrer dans la structure, admirer son installation sommaire intérieure.

Le Palais de Tokyo de son côté fait la promo du nouveau parfum Cartier avec une jolie promesse parfumée, un nuage de parfum qui transporte olfactivement… Tentant sur le papier, décevant dans la réalité avec une triste odeur de pétard de feu d’artifice.

Côté gratuit, ce week-end, c’est le salon des Réalités Nouvelles au Parc floral de Paris qui fête cette année ses 70 ans, un salon d’art abstrait inauguré au lendemain de la Guerre en 1947 par Sonia Delaunay qui a accueilli entre autres, des artistes comme Vasarely ou Soulages. Cette année, coup de cœur pour cette œuvre scientifique, technologique qui permet des transferts entre matières incompatibles, assez étonnant.

Autre coup de cœur pour ce duo de street-artistes, les Monkeybird qui ont l’audace de peindre au pochoir sur des meubles anciens, un mix des époques complètement hors du temps, avec un rendu étonnant entre vitrail et dentelle, de quoi contredire les détracteurs de l’art des rues… A voir à la galerie Brugier-Rigail.

On aime aussi la performance de Lydie Arickx à la galerie Lou & Loo près de République, cette artiste ultra cotée, qui va ce week-end peindre un livre- sculpture de plus de 2m de haut, elle qui mesure à peine 1m60, et écoute du métal hard de haut de ses 63 ans… Résultat surprenant et rythmé garanti !

On se rend ensuite au Plateau dans le 19e arrondissement pour une exposition au titre surprenant : « Boom boom, run run », derrière cet onomatopée étrange, vous découvrirez des œuvres ultra poétiques réalisées par l’artiste Pierre Paulin, de jolis mots tissés dans les doublures et les poches des vêtements qu’il crée, comme une manière d’avoir un look qui sorte un peu du lot.

Enfin, on se rend dans la sacristie millénaire du Collège des Bernardins, dans le 5ème arrondissement, pour admirer les œuvres numériques de Claire Malrieux, on regrette que la Fiac de cette année n’ait pas fait plus de place aux nouvelles technologies… Ici on va admirer un dessin numérique, réalisé en live au gré d’un programme basé sur les catastrophes naturelles liées à l’eau depuis 1900. Résultat en lignes, couleurs et sons, absolument fascinant. Voilà ce qu’on s’attend à voir à la Fiac !

  • Vue de la FIAC, Jardin des Tuileries
  • Vue de la FIAC, Jardin des Tuileries
  • Vue de la FIAC, Jardin des Tuileries
  • Vue de la FIAC, Jardin des Tuileries
  • Vue de la FIAC, Jardin des Tuileries
  • Vue de la FIAC, Jardin des Tuileries
  • Vue de la FIAC, Jardin des Tuileries
  • Vue de la FIAC, Jardin des Tuileries
  • Vue de la FIAC, Jardin des Tuileries
  • Vue de la FIAC, Jardin des Tuileries
  • Vue de la FIAC, Jardin des Tuileries
  • Vue de la FIAC, Jardin des Tuileries
  • Vue de la FIAC, Jardin des Tuileries
  • Vue de la FIAC, Jardin des Tuileries
  • Vue de la FIAC, Jardin des Tuileries
  • Vue de la FIAC, Petit Palais
  • Vue de la FIAC, Petit Palais
  • Vue de la FIAC, Petit Palais
  • Vue de la FIAC, Petit Palais
  • Vue de la FIAC, Petit Palais
  • Vue de la FIAC, Petit Palais
  • Vue de la FIAC, Petit Palais
  • Vue de la FIAC, Petit Palais
  • Vue de la FIAC, Petit Palais
  • Vue de la FIAC, Petit Palais
  • Vue de la FIAC, Petit Palais
  • Vue de la FIAC, Petit Palais
  • Vue de la FIAC, Petit Palais
  • Vue de la FIAC, Place Vendome
  • Vue de la FIAC, Place Vendome

 

FIAC 2017
Du 19 au 22 octobre 2017
Grand Palais
Petit Palais
Jardin des Tuileries
Place Vendôme 
Musée Eugène Delacroix
Centre Pompidou

> Plus de vidéos d'expos

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Vous aimerez aussi…

CHAMBORD (1)

On a vu l'exposition Georges Pompidou et l'art au Domaine National de Chambord

Jusqu’au 19 novembre 2017 Domaine national de Chambord // Cette année, à l’occasion des 40 ans du Centre Pompidou, Chambord organise la plus grande exposition jamais organisée par le domaine,…

MONET

On a vu la Fondation Claude Monet à Giverny

Jusqu'au 1er novembre 2017 - Fondation Claude Monet // Oui cette Fondation c’est quand même le 2ème lieu le plus visité de Normandie après le Mont Saint Michel, puisqu’on est là chez le peintre…

CALDER

On a vu l'exposition Alexander Calder au Musée Soulages à Rodez

Jusqu'au 29 octobre 2017 - Musée Soulages // C’est la première fois en près de 10 ans qu’une rétrospective d’une telle ampleur est organisée en France autour d’Alexander Calder. Alexander Calder,…

OTHONIEL

On a vu est on est tombé amoureux de l'exposition Jean-Michel Othoniel au CRAC de Sète

Jusqu'au 24 septembre 2017 - Centre régional d'art contemporain // Si on vous dit Jean Michel Othoniel, vous devriez penser à ces chaînes de boules géantes en verre de Murano qui ornent la station…


Expo in the City YouTube