fbpx
Minsky
Minsky

Jean Jacques Lequeu

Du 11 décembre 2018 au 17 mars 2019 -
Petit Palais //

jean jacques lequeu, petit palais, le bailleur, expo in the city

En collaboration avec la Bibliothèque Nationale de France, le Petit Palais tapisse ses murs des dessins de Jean Jacques Lequeu et nous invite à découvrir une œuvre graphique et étrange, qui attire et intrigue. Entre architecture et imaginaire, une exposition mystérieuse.

Ce qu’en dit le Petit Palais :

Six mois avant de disparaître dans le dénuement et l’oubli, Jean Jacques Lequeu déposait à la Bibliothèque nationale l’une des œuvres graphiques les plus singulières et les plus fascinantes de son temps. Cet ensemble de plusieurs centaines de dessins présentés ici au public dans toute son étendue pour la première fois, témoigne, au-delà des premières étapes d’un parcours d’architecte, de la dérive solitaire et obsédante d’un artiste hors du commun.

Fort de l’outil précis et technique de l’épure géométrique et du lavis, qu’il truffe de notes manuscrites, Lequeu, à défaut de réaliser des projets, décrit scrupuleusement des monuments et des fabriques imaginaires peuplant des paysages d’invention. Mais ce voyage initiatique qu’il accomplit sans sortir de son atelier enrichi des figures et des récits tirés de sa bibliothèque, et qui le conduit de temples en buissons, de grottes factices en palais, de kiosques en souterrains labyrinthiques, se résout en fin de compte par une quête de lui-même. Tout voir et tout décrire, avec systématisme, de l’animal à l’organique, du fantasme et du sexe cru à l’autoportrait, est dès lors la mission qu’il s’assigne.

Typique représentant de ce milieu artisanal, qui tente à la faveur des Lumières et de la Révolution de s’élever socialement et de s’affranchir du monde des métiers, mais qui rapidement déchante, quand se reconstruisent un nouvel ordre et de nouvelles hiérarchies, Lequeu, fils de son siècle, celui du libertinage et des jardins anglo-chinois, n’en poursuit pas moins une voie entièrement libre et singulière. Réduit à un emploi de bureau subalterne, ignoré des gens en place, loin désormais de ses racines, mais affranchi de tout poids social ou académique, avec l’obstination tenace du bâtisseur, il a su traquer sans concession ses chimères.

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Vous aimerez aussi…

Batia Suter 3

Batia Suter - Radial Grammar

Jusqu'au 26 août 2018 - Le Bal // Aurions-nous pu trouver mieux que Le BAL, ancien cabaret et “hôtel d’amour”, haut lieu de fête et de plaisir, guinguette des années folles, pour laisser libre…

001

Miss. Tic - Des mots et des cœurs

Jusqu'au 7 juillet 2018 - Galerie Brugier Rigail //  Du fond du cœur S'il y avait un mot pour décrire l'oeuvre de Miss. Tic, ce serait assurément celui de liberté. Toutes ses pièces en sont…

HAMADOUCHE Maiva_3159

Génération Y à l’épreuve de l’art

Jusqu'au 31 octobre 2018 - Studio Harcourt //  Élégance du portrait L’exposition est aussi percutante que les uppercuts de Maïva Hamadouche. Cette championne du monde de boxe anglaise âgée de…

Et pendant ce temps Simone Veille ©Jogood

Théâtre - Et pendant ce temps Simone veille !

PARIS - Jusqu’au 26 juillet 2018 - Théâtre de la Contrescarpe // Un spectacle qui raconte avec humour l'évolution de la condition féminine en France, des années 50 à nos jours, au travers de trois…


Minsky