Barbara
Barbara

Passée au crible : Rubens, portraits princiers

Jusqu'au 14 janvier 2018 -
Musée du Luxembourg //


Ode à un virtuose…

Le musée du Luxembourg nous emmène au temps des cours royales européennes, où les monarques commandaient des portraits aux peintres les plus acclamés. Pierre-Paul Rubens était l’un des artistes les plus demandés. Bien né, son talent et sa diction plaisent aux souverains, qui cherchent même ses conseils durant les longues heures de pose. Pourtant, de Rubens, on ne connaît que très peu ses portraits. C’est donc avec bonheur que l’on pénètre dans le faste et la puissance des rois, à la découverte d’un aspect encore méconnu de l’œuvre du peintre. Et le plaisir y est : dans ses portraits, l’on reconnaît son goût pour le baroque et son amour pour la mythologie, deux influences de son éducation artistique italienne. Et l’on comprend la dimension politique de telles toiles, utilisées par les souverains comme des publicités flatteuses, exposant leur meilleure image au monde entier.



 

… Mais une ode trop timide

Et c’est justement pour cette raison que l’exposition pourrait vous décevoir. Dans ce monde lointain d’intrigues politiques et d’apparences, Rubens n’est finalement qu’un acteur parmi d’autres. De 90 œuvres exposées, seulement une vingtaine d’entre elles sont du grand artiste, placées au cœur d’un dialogue entre les grands peintres des cours d’Europe. Bien sûr, le dialogue est passionnant, notamment lorsqu’il se penche sur Marie de Médicis, magistralement illustrée par quatre peintres : Rubens, Van Dyck, Pourbus et Van Honthorst. Ses traits changent d’un pinceau à l’autre et l’on ne peut s’empêcher d’être fasciné par les visions différentes de ces promoteurs d’antan. Mais l’on regrette que le musée passe ces échanges sous silence, nous promettant une monographie qui finalement manque de contenu.



Peter Paul Rubens was one of the most acclaimed painters of his time. Well-born, well-spoken, monarchs liked him and wanted him to paint them. Through a dialogue between the artist and his contemporaries, discover a fascinating world of wealth, power and political intrigue.

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Vous aimerez aussi…

Paul Cézanne, Baigneuses, vers 1895 - Le jardin secret des Hansen, la collection Ordrupgaard au Musée Jacquemart-André

Passée au crible : Le jardin secret des Hansen

Jusqu'au 22 janvier 2018 - Musée Jacquemart-André // Décrite comme « la plus belle au monde » dès 1918, la collection impressionniste et postimpressionniste d’Ordrupgaard du couple danois Hansen…

Vue de l'exposition Musée Maillol (30)

Passée au crible : Pop Art, Icons that matter

Jusqu'au 21 janvier 2018 - Musée Maillol //  Une bonbonnière de couleurs Envie de vitamines et de couleurs pour braver le froid et la grisaille hivernale ? Direction le musée Maillol pour un…

Vue de l'exposition Être moderne, le MoMA à Paris - Fondation Louis Vuitton (37)_preview

Passée au crible : Être Moderne, le MoMA à Paris

Du 11 octobre 2017 au 5 mars 2018 - Fondation Louis Vuitton // Pour la première fois depuis sa création, le légendaire Museum of Modern Art new-yorkais accepte de prêter 200 œuvres de sa…

Salle 4 - Pont sur le Riou (Paysage à l'Estaque), 1906 (3)_preview

Passée au crible : André Derain 1904-1914, la décennie radicale

Du 4 octobre 2017  au 29 janvier 2018 - Centre Pompidou // Voilà près de vingt ans qu’une rétrospective n’avait pas été consacrée à André Derain en France. Pour son retour au Centre Pompidou,…


Barbara