fbpx
Minsky
Minsky

Anita Molinero, l'art de tout faire péter

Du 16 février au 9 septembre 2018 - 
Palais de Tokyo //

  • Anita Molinero
  • Cabanes pour enfants, pots d’échappement, 2011.AnitaMolinero.
  • Exposition La Grosse Bleue , Anita Molinero.
  • Le Bayou anciennement dite La Régina, 2012-2015, AnitaMolinero.
  •  Poubelle fondue, 2015. AnitaMolinero.
  • Vue de Bouche moi ce trou au Palais de Tokyo - Anita Molinero
  • Vue de Bouche moi ce trou au Palais de Tokyo - Anita Molinero
  • Vue de Bouche moi ce trou au Palais de Tokyo - Anita Molinero
  • Vue de Bouche moi ce trou au Palais de Tokyo - Anita Molinero
  • Vue de Bouche moi ce trou au Palais de Tokyo - Anita Molinero

 

« Tout l’art du commentaire dans lequel on est actuellement m’emmerde ». Ce n’est pas nous qui le disons, mais l’artiste, dont on va tâcher toutefois de vous commenter l’exposition. Anita Molinero, l’ancienne punk devenue un grand nom de la scène actuelle, investit le Palais de Tokyo avec une installation aussi détonante que son parler est franc. L’artiste arrache les objets du quotidien, objets utiles, indispensables, mais finalement assez ennuyeux, pour les détourner de leurs fonctions premières, munie de son lance-flamme ! Levez les yeux et vous pourrez admirer au-dessus de vos têtes dans le palier d’honneur un monde aérien, une étrange galaxie faite de matériaux toxiques, de plastique et de polystyrène, rappelant l’univers saturé, l’humour violent, grésillant, des films de science-fiction et de série B – dont Anita Molinero est une grande fan. Pousser la matière dans ses derniers retranchements et faire réagir ses spectateurs, telle est la mission de cette artiste psychédélique. Votre poubelle ne serait-elle pas plus attrayante si elle avait des ailes ?  Tout est là. La forme l’emporte sur le fond. Une poubelle volante pourrait alors susciter de l’intérêt, donner envie à l’homme de la respecter et d’enfin l’éveiller à l’idée de trier ses déchets, de ne pas gaspiller et de réutiliser ses objets. La photo est au film ce que les œuvres d’Anita Molinero sont à la vie : des clichés, des instants-t au milieu d’un ensemble aléatoire d’événements. Une vérité existentielle se dégage de son travail : ce n’est pas l’homme qui arrête de temps mais bien le temps qui arrête l’homme.

« Since 1995, I love working with polystyrene that makes me think of sustainable materials such as bronze because you cannot get rid of it. A sculpture must stay a form and not to go into a formless state. » - Anita Molinero.

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Vous aimerez aussi…

Batia Suter 3

Batia Suter - Radial Grammar

Jusqu'au 26 août 2018 - Le Bal // Aurions-nous pu trouver mieux que Le BAL, ancien cabaret et “hôtel d’amour”, haut lieu de fête et de plaisir, guinguette des années folles, pour laisser libre…

001

Miss. Tic - Des mots et des cœurs

Jusqu'au 7 juillet 2018 - Galerie Brugier Rigail //  Du fond du cœur S'il y avait un mot pour décrire l'oeuvre de Miss. Tic, ce serait assurément celui de liberté. Toutes ses pièces en sont…

Hommage foot

Le foot vu par la science

Du 12 juin au 14 octobre 2018 - Cité des sciences et de l'industrie  //  Place au techni-foot Les arbitres de football vont-ils être remplacés par des drones ? Ce n’est pas encore d’actualité…

cyrano de bergerac

Théâtre - Cyrano de Bergerac

PARIS - Jusqu’au 1er juillet 2018 - La Comédie Saint-Michel // Christian de Neuville sert dans la compagnie des Cadets de Gascogne. Il est depuis toujours amoureux de sa cousine, la belle Roxane,…


Minsky