YouTube
YouTube

20 pass : Musée de la Chasse et de la Nature

Les chasses nouvelles : Julien Salaud Le plasticien Julien Salaud est invité à faire dialoguer son travail avec quatre importantes tapisseries issues d’une tenture de six pièces tissées en 1728 d’après les cartons de Jean-Baptiste Oudry (1686-1755).Récemment acquises par le musée, ces tapisseries constituent une étape dans la carrière du peintre des chasses de Louis XV. Conservées en mains privées depuis le XVIIIe siècle, elles sont montrées pour la première fois au public après restauration. À ce précieux tissage de laine et soie répond le bestiaire de fil et de taxidermie de Julien Salaud. Outre ses sculptures rebrodées de fils de coton, de plumes de faisan et de perles de rocaille, mettant en scène le gibier représenté par Oudry, Julien Salaud expose un ensemble inédit de dessins.
Julien Salaud est né en 1977. Il vit et travaille à Orléans.

Deleted scene : des traces en Taïga Yury Toroptsov  musee de la chasse 2
Avec Deleted scene, le photographe Yury Toroptsov s’intéresse aux liens entre la chasse et la photographie dont un vocabulaire commun rend compte. S’étant donné pour mission de photographier l’invisible, il présente au musée de la Chasse et de la Nature une singulière histoire de traque où les voies s’entremêlent et forment un labyrinthe complexe.Dans ce parcours à la fois introspectif et initiatique, la quête du père trop tôt disparu croise celle du cinéaste japonais Akira Kurozawa (1910-1998) venu en 1974 retrouver – pour le tournage de son film – le lieu même où vécut le chasseur Dersou Ouzala. Dersou Ouzala est le héros du récit autobiographique éponyme publié en 1921 par l’officier-topographe russe Vladimir Arseniev (1872-1930), envoyé en mission à la frontière chinoise pour le compte de l’armée impériale russe. La quête de Toropstov est aussi celle du tigre, signe du destin, à la fois chasseur et chassé.
Yury Toroptsov est né en 1974 près de Vladivostok. Il vit et travaille à Paris.

Trophées Subjectifs: Pierre Abensur  pierre abensurPierre Abensur, photographe et reporter, poursuit depuis plusieurs années sa série deTrophées subjectifs. Pour cela, il parcourt le monde (Suisse, Mongolie, Argentine ou Finlande) à la rencontre de chasseurs qu’il photographie selon le même procédé de composition : le modèle est figuré en pleine nature avec l’un de ses trophées de chasse.À première vue, la photographie semble résumer l’action de chasse en réunissant le prédateur, la proie et le territoire. Mais, le caractère étudié de la pose, l’aspect artificiel de l’animal naturalisé, introduisent une singulière distance. Ils confèrent à l’image une dimension fictionnelle.Ces photographies révèlent la nature ambigüe de la relation entre le chasseur et son trophée. L’homme tuerait-il pour s’assurer la possession d’un être que seule la mort peut transformer en avoir ? Drame intemporel où seuls changent les acteurs et le décor. Est-ce-que toute l’action de chasse ne se déroulerait pas dans un théâtre intérieur où le gibier, la lande ou la forêt viendraient jouer le rôle du sauvage ? Où la poursuite de l’animal se substituerait à une sorte de quête amoureuse ?
Pierre Abensur est né en 1962. Il vit et travaille à Genève.

The Gathering Dusk : Claire Morgan
Dans de spectaculaires installations, l’artiste irlandaise Claire Morgan associe les animaux naturalisés à des structures géométriques. Ces dernières sont réalisées dans des matériaux extrêmement légers qui leur confèrent un aspect arachnéen : mouches suspendues à des fils, graines de pissenlits, débris divers flottent dans l’air et composent des plans d’une rigueur parfaite.L’association de ces formes abstraites et des animaux qui gardent l’apparence de la vie suggère l’idée d’un fragment de nature arraché au temps et à l’espace en une sorte « d’arrêt sur image ». La puissance poétique des œuvres ainsi produites les apparente aux Vanités.Au musée de la Chasse et de la Nature, l’artiste investit la Salle du cerf et du loup. Inversant le sens de ses compositions habituelles, The Gathering dusk prend appui sur la présence physique des animaux provenant des collections permanentes. Au sein du réseau de particules créé par Claire Morgan, le spectateur peut éprouver une émotion analogue à celle du surgissement du gibier.
Claire Morgan est née en 1980 à Belfast. Elle vit et travaille à Londres.

Musée de la Chasse et de la Nature
62 rue des Archives, 75003

Tous les jours sauf  le lundi de 11h à 18h,
M° Rambuteau (11)z
Nocturne le mercredi jusqu’à 21h30
Plein tarif : 8 euros réduit : 6 euros
Gratuit moins de 18 ans.

>>Retour Page d'Accueil

 

 

 

 

 

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus