Les gendarmeries du monde
Les gendarmeries du monde

Qui a peur des femmes photographes ?

orsay_qui_a_peur_des_femmes_photographes_margaret_bourke_white_largeJusqu'au 25 janvier 2016 -
1839-1919 Musée de l’Orangerie
1918 - 1945 Musée d'Orsay    //

Cette exposition est la première du « genre » en France. Longtemps la photographie a été considérée comme une affaire de technique, excluant par là-même les femmes. L’exposition va casser les idées reçues en présentant les plus grandes figures féminines de la photographie mondiale, des années 1840 jusqu’à 1945. Une discipline dans laquelle les femmes ont joué le plus grand rôle de l’histoire de l’art, au-delà de chacun des beaux-arts traditionnels.
L’exposition n’ambitionne ni d’être une présentation de l’histoire de la photographie retracée à travers une production exclusivement féminine, ni d’être une histoire en images des femmes par les femmes, et encore moins une mise en scène d’une vision photographique féminine. Il s’agira bien plutôt d’exposer la relation singulière des femmes à la photographie, en révélant leur production dans ce qu’elle a de plus exceptionnel.

1839-1919 –Musée de l’Orangerie
Mettant en valeur des recherches et des découvertes inédites, l’exposition est la première à rassembler des chefs-d’œuvre illustrant l’extraordinaire accomplissement atteint par les praticiennes dans la sphère anglo-saxonne. D’Anna Atkins, auteure du premier ouvrage illustré de photographies (1843-1853), à Frances Benjamin Johnston et Christina Broom, pionnières du photojournalisme américain et anglais, plus de 70 photographes seront réunies autour de figures d’artistes majeures telles Julia Margaret Cameron et Gertrude Käsebier. Une discipline photographique qui s’est avérée pour certaines auteures d’exception, comme une possible voie d’émancipation et de subversion, explorant des terrains d’expression et d’action inédits.

 1918 - 1945 – Musée d’Orsay
La deuxième partie a lieu au Musée d’Orsay et couvre la période allant de 1919 à 1945. Au lendemain du conflit, nombreuses sont les photographes femmes qui participent à la naissance de la photographie moderne. Elles accèdent ainsi à une forme de légitimité et transgressent de plus en plus les codes artistiques et sociaux (Imogen Cunningham, Madame Yevonde, Helen Levitt…), introduisant volontiers un regard critique sur leur statut de femme et sur les relations de domination entre les sexes. Elles osent aborder des thèmes jusque-là associés aux hommes comme le nu, l’exploration du corps et de soi (Claude Cahun, Marta Astfalck-Vietz, Ilse Bing), l'érotisme, la modernité… Elles pénètrent le monde politique, vont sur le théâtre de la guerre, s'aventurent seules dans des contrées exotiques (Germaine Krull, Margaret Bourke-White, Barbara Morgan, Lola Alvarez-Bravo, etc.)…Leur statut de photographe leur permet ainsi d'investir des espaces jusque-là peu fréquentés par les femmes, voire interdits à elles.

 

Musée de l’Orangerie
Jardin des Tuileries, 75008qui a peur des femmes photographesM° Concorde (1,8,12)
Mardi-Dimanche de 9h30 à 18h
Nocturne le jeudi jusqu’à 21h45
Fermé tous les lundis
Plein tarif : 9€- réduit : 6, 50€ -
Gratuit : moins de 25 ans

Billet jumelé pour les deux expositions : 14€

Musée d’Orsay
1, rue de la Légion d'Honneur, 75007
M°Solférino (12)
Mardi-Dimanche de 9h30 à 18h
Nocturne le jeudi jusqu’à 21h45
Fermé tous les lundis
Plein tarif : 11€- réduit : 8, 50€ -
Gratuit : moins de 25 ans

>>Retour page d'Accueil

 

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Les gendarmeries du monde