YouTube
YouTube

Francesca Woodman

  • Francesca Woodman 3
  • Francesca Woodman
  • Francesca Woodman2
  • Francesca Woodman4

 

Jusqu'au 31 juillet 2016 -
Fondation Henri Cartier-Bresson //

 

Les photographies de Francesca Woodman sont des anti-miroirs. Loin de refléter l’exacte vérité du monde, ses photographies déconstruisent, dissipent, gomment la réalité. Au cœur de son œuvre, l’artiste elle-même, son corps, son visage. A 13 ans à peine, Francesca Woodman commence à photographier. A 22 ans, elle met fin à ses jours prématurément, laissant derrière elle une œuvre fulgurante d’une précocité prodigieuse, hantée par la symbolique de l’ange, comme une étrange prémonition. A travers ses photographies, elle nous livre l’image d’un être anonyme, fragile, disloqué, perdu dans un labyrinthe de formes et de matières. Loin des décors de studio, elle met en scène son corps de manière fantomatique dans des pièces dépouillées, des maisons abandonnées à la peinture écaillée et aux murs décrépits. Avec impétuosité et insolence, la jeune artiste aborde les questions de l’éphémère, de la fugacité du temps, de la métamorphose, nous plongeant dans des photographies spectrales qui bouleversent autant qu’elles captivent. Comme lors d’un spectacle d’illusionniste, le regard cherche la matérialité dans ces visions incertaines, floues et vaporeuses. En vain.

 

The most significant subject in Francesca Woodman’s work was Francesca Woodman herself. She used photography as an extremely personal means of expression, as if wearing her skin inside out, making herself the only subject of her work.

 

Fondation Henri Cartier-Bresson
Jusqu’au 31 juillet 2016

2 impasse Lebouis, 75014 - M° Gaîté (13)
Du mardi au vendredi et le dimanche de 13h à 18h30, le samedi de 11h à 18h45
Nocturne en entrée libre le mercredi de 18h30 à 20h30
Fermé le lundi
Tarif : 8€ - Tarif réduit : 4€

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus