Culture au quai
Culture au quai

Top des expos gratuites

Profitez-en pour visiter sans dépenser un sous ! Voici notre sélection des 10 expositions à ne surtout pas manquer.

 

1
 Virtual Séoul 

huguier_francoise_006

La passion nous conduit parfois loin de chez nous et la photographe Françoise Huguier nourrit la sienne pour l’Asie depuis 1982. Lorsqu’elle découvre Séoul à cette époque, elle capte une ville en pleine mutation économique dont les habitants oscillent entre couvre-feux, bétonisation et apparition du métro. Trente ans plus tard, la capitale coréenne est méconnaissable, devenue le fleuron de la culture pop et d’une technologie à toute épreuve. A travers une centaine de clichés acidulés qui bouleversent tous nos standards du confort à l’européenne, Françoise Huguier documente un style de vie excentrique typique des grandes villes d’Asie.  Des portraits d’icônes de la pop musique aux rites funéraires savamment orchestrés, en passant par le quotidien des classes moyennes, la photographe nous prend par la main et nous propose un voyage fascinant au coeur de l’effervescence de l’une des plus grandes puissances économiques mondiales.

 Pavillon Carré de Baudoin
Jusqu'au 31 décembre 2016
121 rue de Ménilmontant, 75020 - M° Gambetta (3/3bis)
Du mardi au samedi de 11h à 18h
Fermé le lundi

 

2
Lucinda Childs x Sol Lewitt

lucinda-childs-sol-lewitt_dance-iii_1979_photo-nathaniel-tileston

Que se passe-t-il quand une chorégraphe et un peintre-sculpteur se rencontrent ? Un spectacle explosif, grandiose, théâtral, parfaitement adapté aux volumes spacieux du sublime espace sous verrière de la galerie Thaddaeus Ropac de Pantin. Lucinda Childs, célèbre chorégraphe américaine et Sol Lewitt, tous deux associés au mouvement minimaliste, se réjouissent de nous présenter leur œuvre commune. Les dessins muraux hypnotisants de l’un et les techniques chorégraphiques de l’autre nous parlent de l’ordre et du désordre, de l’individu et du collectif. Les gestes du dessinateur croisent les mouvements des danseurs, encapsulant chaque mouvement dans un espace limité, qui se fond en un véritable labyrinthe. Un dessinateur de la Fondation Sol Lewitt  viendra reproduire le motif de l’Arc-de-Cercle sur un mur de près de 25 mètres de long, reprenant une oeuvre majeure de l’artiste réalisée à New York en 1981, qui sera effacée lors du dernier jour. Un fascinant dialogue entre deux artistes majeurs de l’espace.

Galerie Thaddaeus Ropac 
Jusqu'au 7 janvier 2017 -
69 avenue du Général Leclerc, 93500 Pantin - M° Eglise de Pantin (5)
Du mardi au samedi de 10h à 19h
Fermé le dimanche et le lundi

 

3
 Coluche

coluchee

Il voulait être clown, il est devenu le plus populaire des artistes de la seconde moitié du XXe siècle, et reste inégalé dans le cœur des Français. Michel Colucci, dit Coluche, s’en est allé depuis déjà 30 ans, l’occasion, pour la ville de Paris de lui rendre un brillant hommage. En salopette et t-shirt jaune, godillots aux pieds, nez rouge et coiffure de toréador, il poussait le grossier à outrance pour surprendre de son humour incisif et provocant. Sur scène, à la télévision, au cinéma, à la radio, il choquait autant qu’il faisait rire, suscitait l’adhésion comme il poussait à la réflexion. C’est cet homme « grossier, mais jamais vulgaire », cet artiste généreux qui a marqué des générations par son esprit critique que révèle l’exposition. Photos, vidéos, témoignages et objets personnels, viennent illustrer tant le sens aigu de la démocratie de celui qui se présenta aux élections présidentielles, que son extrême dévotion pour les plus démunis, immortalisée par les Restaurants du Cœur.

Hôtel de Ville 
Jusqu'au 7 janvier 2017
Place de l'Hôtel de Ville, 75004 - M° Hôtel de Ville (1,11)
Du lundi au vendredi de 8h à 19h30
Fermé le samedi et le dimanche

 

4
The graphic art of fantastic beasts & Harry Potter film

the_american_charmer

MinaLima : vous ne connaissez peut-être pas ce nom, pourtant vous avez forcément déjà vu leurs travaux. Car oui, Miraphora  Mina  et  Eduardo  Lima (d’où la contraction MinaLima) sont à l’origine de la création graphique de la série des films Harry Potter. La Gazette du sorcier, la Carte du Maraudeur : ce sont eux ! Ces deux génies de la communication et du graphisme sont à l’honneur à l’occasion de cette fabuleuse exposition. Vous pourrez donc certes découvrir les oeuvres réalisées dans le cadre des aventures du plus célèbre des sorciers, mais vous aurez aussi et surtout l’heureux privilège de découvrir quelques illustrations graphiques inédites issues du film Les Animaux Fantastiques. Décidément, vous ne pouvez manquer sous aucun prétexte cette plongée dans l’univers fabuleux des illustrateurs et designers les plus magiques de leur temps.

Galerie Arludik 
Jusqu'au 4 mars  2017
12/14 rue Saint Louis en l'Ile, 75004 - M° Sully-Morland (7)
Du mardi au samedi de 14h à 19h
Fermé le dimanche et le lundi

 

5
Décalage immédiat 

rincon-paloma-disco-melon

C’est la tête à l’envers et le sens de l’humour aiguisé que vous ressortirez de cette surprenante exposition de photographies ! L’ambiance générale actuelle ne se prêtant guère à la légèreté, la galerie Sakura nous présente un florilège des photographies contemporaines les plus décalées afin d’aborder cette saison avec douceur. Près de deux cent oeuvres insolites sont exposées, bouleversant les codes visuels ou moraux. Ainsi les plus grandes icônes (Marilyn, Frida Kahlo ou encore Barack Obama) sont tournées en dérision, les objets du quotidien détournés et les situations les plus banales poussées à l’extrême de manière quasi grotesque. Une exposition insolente qui ne peut que plaire au plus grand nombre, et vous offrir un bol d’air frais qui saura assurément vous revigorer.

Galerie Sakura
Jusqu'au 8 janvier 2017
21 rue du Bourg Tibourg, 75004 - M° Hôtel de Ville (1/11)
Du mardi au samedi de 12h à 20h et le dimanche de 14h à 19h
Fermé le lundi

 

6
 Fashion 

fashion_avedon_seymour_egoiste

« C’est la mode qui m’a amenée à la photographie ! » nous dit Julia Gragnon, de la toujours- à-la-pointe Galerie de l’Instant. Pendant plus de deux mois, vous pourrez y découvrir les clichés des plus grands photographes ayant immortalisé diverses icônes du milieu de la mode : Herb Ritts face à Noami Campbell, Mary McCartney et Bruce Weber qui ont figé à jamais l’air mutin et sensuel de Kate Moss ou encore Jean Loup Sieff et sa légendaire photographie d’Ina Blake en contre-plongée. On y trouve également le chic  portrait en noir et blanc de l’actrice et mannequin américaine Stephanie Seymour par Richard Avedon. Il parvint avec ce cliché à saisir la fascinante beauté du modèle, la femme fatale fumant une cigarette en longue robe noire se mêle à un visage bougon et renfrogné de petite fille. Une autre célébrité, et non des moindres, est également présente au sein de cette exposition. Yves Saint-Laurent en plein travail, capté dans l’agitation de ce qu’on imagine être son prochain défilé.  L’occasion de rendre hommage à des photographes et des créateurs de génie qui nous font rêver mais qui, toujours selon Julia Gragnon, ne sont « ni des divas, ni des personnalités délirantes coupées de la vraie vie ». Plutôt « travailleurs acharnés et passionnés, hyper cultivés et ouverts aux autres », ils s’offrent à nous un instant à travers cette exposition. Laissez-vous fasciner par la perfection des créations, des modèles et des photographies car, quoique l’on dise, on ne se le lasse jamais vraiment de la beauté.

Galerie de l'instant 
Jusqu'au 6 décembre 2016
46 rue de Poitou, 75003 - M° Saint Sébastien Froissart (8)
Du mardi au samedi de 11h à 19h et le dimanche de 14h30 à 18h30
Fermé le lundi

 

7
 9ème Art 

bd

La galerie Gombert présente sa toute première exposition "le 9ème art", autour de la Bande dessinée et des planches originales de 12 artistes. Les planches traitent de grands thèmes tels que la mort, le napoléonisme et le sexe avec beaucoup d’humour mais aussi d’autres thèmes avec cette fois-ci un réel fond social comme le sport ou la Seconde Guerre Mondiale. A ces planches originales viennent s’ajouter des illustrations reprenant les princesses Disney de façon pin-up, du Fan-Art ou encore des créations originales de jeunes artistes plein de talent.
Galerie Gombert 
Jusqu'au 6 décembre 2016
13 rue de Téhéran, 75008 - M° Miromesnil (9/13)
Du mardi au vendredi de 10h30 à 18h et le samedi de 14h à 18h30
Fermé le dimanche et le lundi

 

8
Ernest Pignon Ernest 

Ernest Pignon-Ernest 5

Il est le pionnier de l’art urbain en France, alors évidemment on ne finira jamais de célébrer son talent. Ernest Pignon Ernest a su témoigner d’une audace et d’une maîtrise technique sans limite au cours de sa carrière qui débuta dans les années 1960. En créant des images éphémères laissant ainsi son empreinte sur les murs des plus grandes capitales, il a contribué à rendre le monde plus poétique mais aussi plus identifiable. En justicier du street-art, il a pour vocation de faire apparaître les choses. La galerie Lelong présente quelques unes des plus célèbres sérigraphies numériques de l’artiste, toutes réalisées au Studio Franck Bordas à Paris. Retrouvez les personnages (dont Pasolini et les fabuleuses extases) d’un des plus grands artistes français destinés à vagabonder pour toujours dans nos villes.

Galerie Lelong 
Jusqu'au 21 janvier 2017
13 rue de Téhéran, 75008 - M° Miromesnil (9/13)
Du mardi au vendredi de 10h30 à 18h et le samedi de 14h à 18h30
Fermé le dimanche et le lundi

 

9
 Hannah Starkey 

hannah_starkey-_untitled-_may_1997-_c-_hannah_starkeycourtesy_maureen_paley_london

Le regard d’une femme sur les femmes est souvent celui qui manque. La photographe d’origine irlandaise Hannah Starkey observe la vie quotidienne des femmes dans les villes et capte des instants de grâce mis en scène au coin des rues. Ses compositions colorées et soignées sont exposées pour la première fois en France et nous offrent l’occasion de s’attarder sur des scènes du quotidien, sublimées façon Edward Hopper. Les femmes photographiées paraissent souvent absorbées dans leurs pensées, le regard vide. Le thème du reflet revient également, superficiel ou naturel, il renvoie à un “vecteur qui permet d’intégrer l’abstrait à la vie quotidienne” selon les mots de l’artiste. Les histoires racontées dans ces photographies possèdent la force de propulser le regardeur dans une dimension parallèle qui s’inspire pourtant du banal quotidien, qui si on s’attarde sur lui un moment devient souvent fascinant, à l’image des muses de l’artiste.

 Centre culturel irlandais
Jusqu'au 8 janvier 2017
5 rue des Irlandais, 75005 - M° Place Monge (7)
Du mardi au dimanche de 14h à 18h

 

10
Frank Horvat - la photo con
copyright-frank-horvat_eilat-1954

Mais qu’est-ce qu’une photo “con” ? Quel type de cliché peut relever de cet adjectif si peu glorieux ? Celui à qui l’on doit ce concept se nomme Frank Horvat, talentueux photographe qui, à désormais près de 90 ans, a trouvé une ébauche de réponse : “voilà, en raccourci, le miracle d’une photo ‘con’ : elle révèle quelque chose, mais il n’y a aucune raison de penser que le photographe en ait eu conscience !” Une photographie qui n’a l’air de rien en somme, mais qui veut dire beaucoup. Laissez parler votre curiosité et allez donc faire un tour au sein de cette exposition, voir si vous êtes en mesure de reconnaître une photo con. Au-delà cette anecdote de langage, les photographies exposées couvrent 60 ans de la carrière de l’artiste et témoignent de son extrême élégance. Ne manquez pas l’occasion de découvrir le travail d’un prodige impertinent qui estime que “la photographie, c'est l'art de ne pas appuyer sur le bouton”.

Galerie Dina Vierny 
Jusqu'au 22 décembre 2016
36 rue Jacob, 75006 - M° St-Germain-des-Prés (4)
Du mardi au samedi de 14h à 19h
Fermé le dimanche et le lundi

Et pour encore plus d'expositions gratuites cliquez ici !

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus