Les gendarmeries du monde
Les gendarmeries du monde

On A Vu : EVA & ADELE

Jusqu'au 26 février 2017 -
Musée d'Art moderne de la Ville de Paris //

Vous pensez les détester mais vous allez les adorer ! Pour la première exposition institutionnelle française entièrement consacrée au couple d’artistes hermaphrodites EVA&ADELE, le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris plonge du côté rose de la force et nous entraîne au cœur d’une déambulation loufoque moins superficielle qu’on ne pourrait le croire …

capture3

Dès l’entrée au sein de l’espace dédié à ce couple berlinois hyper stylisé, le ton est donné. L’éclairage est rose, les images-logo de leurs têtes collées formant un cœur abondent et nous franchissons une porte au-dessus de laquelle figure cette inscription en néons roses qui est aussi leur slogan : FUTURING. Car oui, cette exposition contribue à honorer ces deux artistes et leur capacité à anticiper de nouveaux modes de vie et de genre tels qu’ils pourraient exister dans le futur. Mais qui sont EVA&ADELE, elles qui ne livrent aucun détail de leurs vies personnelles précédant leur rencontre il y a 25 ans ? C’est ici l’occasion de découvrir leur univers pour le moins singulier fait de paillettes et de crânes rasés, de bibelots kitsch et de costumes sur-mesure, de couvertures de magazines mais aussi de réflexions politiquement engagées.

capture

capture4

Non, EVA&ADELE ne vivent pas dans un autre espace-temps, au contraire, elles sont parfaitement imbriquées dans la réalité. Elles se déplacent dans le monde entier pour assister aux plus grands événements artistiques et vernissages en tout genre, se faisant photographier à gogo par tous les badauds et œuvrant comme garantie d’un événement culturel réussi. Et c’est ce qui fait leur art. Leur vie est un art. Elles se mettent en scène constamment : pas moins de 3 heures de maquillage quotidien, des tenues confectionnées par leurs soins et des bains de foule orchestrés …  Mais attention pas d’amalgame, si elles s’érigent certes au rang d’icônes du monde de l’art, elles sont bien loin d’une Kim Kardashian ou autre star préfabriquée... Très populaires, elles s’aiment profondément et délivrent tout leur amour aux gens.  Si vous avez la chance un jour de les croiser, vous pourrez les aborder sans difficulté et alors elles revendiqueront surement nous sensibiliser au spectacle de notre vie quotidienne que nous n’interrogeons pas assez. Aussi nous tendent-elles le miroir à travers leurs propres portraits.

capture1

Au cœur de la première salle de l’exposition, tapissée de leurs très beaux costumes self-made,  trône « Biographische Skulptur n°2 » (Sculpture biographique n°2), un camping-car rose bonbon customisé à souhaits, celui-là même qu’elles utilisaient pour leurs nombreux voyages. Si vous penchez la tête à l’intérieur, vous aurez assurément l’impression d’être au cœur du cabinet de curiosités de votre grande tante. La seconde salle de l’exposition est plus vaste, plus claire et célèbre leur amour, leur vie, leur art. Vous pourrez y contempler quelques-unes de leurs couvertures de célèbres magazines sur toile, une impressionnante série d’« autopolaroid » réalisés chaque jour entre 1991 et 2005 d’où transpirent leur bienveillance et leur amour, un vélo tout rose à leur effigie ou  encore une sculpture en métal sur laquelle est inscrite la phrase clé de leur concept : « wherever we are is museum » (Tout  lieu  où  nous  sommes  est  musée).

capture2

La dernière salle est résolument plus intime, plus introspective. 7 films sont projetés simultanément présentant divers extraits d’une seule et même œuvre réalisée par EVA&ADELE en personne. On les voit déambuler en Grèce et en Italie à la recherche du mythe de l’hermaphrodite, se mettre en scène de façon poétique en pleine nature à la recherche d’une trans-identité. Si l’on s’attarde un peu, elles pourraient même nous arracher une petite larme.

capture5

Si dire que leur action soulève une réflexion sur le rôle social de l’artiste dans la société contemporaine est peut-être un peu forcé, EVA&ADELE  sauront vous attendrir voire vous émerveiller pour les plus tolérants. Cette exposition représente surtout l’occasion rêvée de découvrir un univers et d’échapper à l’éternel débat « j’aime/je déteste » pour réfléchir la façon dont certains codes sociaux déterminent violemment notre existence et ce que nous sommes vraiment.

>>plus de visites d'expositions

Musée d’Art moderne de la Ville de Paris
Jusqu’au 26 février 2017
11 avenue du Président Wilson – M° Alma-Marceau (9)
Du mardi au dimanche de 10h à 18h 
Entrée libre

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Les gendarmeries du monde