Barbara
Barbara

Frida et son double

Frida Kahlo -
Les deux Frida, 1939 //

les-deux-fridas-portrait

Sur un fond sombre, orageux et menaçant, deux Frida presque grandeur nature se tiennent la main.  Cette œuvre est très originale, le double autoportrait étant plutôt rare en peinture.

Frida peint cette œuvre en 1939 juste après son divorce avec l’artiste muraliste Diego Rivera. La  peintre,  profondément blessée par cette séparation douloureuse, exprime sa souffrance dans ce tableau.

Que voit-on ?

La Frida de gauche :

detail-fridaHabillée en robe de mariée, son cœur visible sur sa robe est écorché. Frida tente de comprimer à l’aide d’une pince la veine qui part de son cœur. Pourtant, du sang s’est déjà échappé de la veine et a tâché la robe blanche jusqu’alors immaculée. Elle est pâle et semble fragile. Cette Frida symbolise la Frida mariée qui vient d’avoir le cœur brisé. Diego Rivera l’a quittée et demande le divorce qu’elle n’est pas encore prête à accepter.

La Frida de droite : 

Habillée dedetail-frida la robe traditionnelle mexicaine, la tehuana, tenue dont raffolait son époux, Frida tient dans sa main un portrait miniature de Diego Rivera. Son cœur est également apparent mais cette fois-ci il est intact. L’artère qui part de son cœur ne saigne pas mais vient servir de cadre au portrait de son mari. Cette Frida symbolise celle que Diego aime, celle qui n’a pas le cœur qui saigne par l’absence de son mari. Elle semble plus forte. Sa moustache, symbole masculin, est plus apparente, et sa posture, jambes écartées, lui confère une force virile supplémentaire, contrairement à la Frida de gauche, plus fragile.

L’explication de Frida :

Dans son journal intime, à la section « Origine des deux Frida », elle explique qu’elle s’est toujours inventée une amie imaginaire qui lui tenait compagnie et l’aidait à affronter ses problèmes. La Frida en robe blanche serait la vraie Frida, tandis que celle  en robe tehuana viendrait tout droit de son imagination pour la soutenir dans l’épreuve de la séparation.

Couleurs symboliques :

La robe que porte la Frida de droite est de couleur jaune verdâtre, bleue et verte. Si on croit le journal intime de Frida dans lequel elle explique la symbolique des couleurs dans sa peinture, la Frida imaginaire porterait donc les couleurs de l'amour mais aussi celles de la folie, de la distance de la peur et des fantômes. Tous ses sentiments contradictoires, Frida a pu les ressentir lors de sa séparation et c’est son double, plus forte, qui porte pour elle ses émotions dont elle aimerait se débarrasser.

 

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Vous aimerez aussi…

Antoine Bourdelle (1861-1929). "Héraklès" - Etude - sculpture en position oblique. Photographie anonyme. Paris, musée Bourdelle. Dimensions: 12 x 9 cm

Hercule (1-0) Oiseaux du Lac Stymphale

Antoine Bourdelle - Héraklès archer, 1861-1929 // Il n’est un secret pour personne, l’Antiquité a inspiré, inspire et inspirera toujours les artistes dans l’apprentissage de leur médium. En…

Anders Zorn, Le Buisson d'épines, 1886 - Exposition Anders Zorn au Petit Palais

Amarrage en rivages boisés

Anders Zorn -  Le Buisson d'épines (1886) //  Connu pour ses grandes aquarelles dans lesquelles il excelle à rendre le mouvement perpétuel des flots - « à mettre les vagues et les clapotis en…

Paul Gauguin, Le sculpteur Aubé et son fils Emile, 1882 - L'art du pastel de Degas à Redon au Petit Palais

Gauguin impressionniste ?

Paul Gauguin -  Le Sculpteur Aubé et son fils, Émile, 1882 // Un petit format, de grands aplats de couleurs, des traits de pastel visibles, une scène quotidienne… Ce tableau a tout d’une œuvre…

Berthe Morisot, Femme à l'éventail. Portrait de Madame Marie Hubbard, 1874 - Le jardin secret des Hansen, la collection Ordrupgaard au Musée Jacquemart-André

Une sensualité féministe

Berthe Morisot - Femme à l’éventail, 1874 // Lire entre les lignes du tableau Parmi les œuvres présentées, les grands noms se succèdent à nous faire tourner la tête. Corot, Degas, Monet, Renoir,…


Barbara