Les gendarmeries du monde
Les gendarmeries du monde

On a vu : Gorges Dorignac

Jusqu'au 5 mars 2017 - La piscine // 
Très réussi

Roubaix ? Oui partons pour Roubaix. Le magnifique musée La Piscine y expose Georges Dorignac, et nous fait découvrir la multiplicité de ses talents. 

  • capture9
  • capture10
  • capture11
  • capture12
  • capture13
  • capture7
  • capture6
  • capture5
  • capture3
  • capture2
  • capture
  • capture-8
  • capture15
  • capture16
  • capture17
  • capture18
  • capture19
  • capture20
  • capture14

 

La première pièce de l’exposition est un espace consacré à ses portraits familiaux, qui sont en même temps ses travaux de jeunesse. Toute sa vie l'artiste a fait posé les êtres qui lui sont chers et c'est dans ce cocon que son oeuvre s'est construite. On découvre un académisme de son temps.  Une pâte colorée, épaisse brillante. Des petites filles avec le rouge aux joues dans de mignonnes petites robes, des touches de couleurs : on reconnait la vibration et la lumière d’un Renoir, l’inspiration impressionniste est forte. C'est l'élève de l'école de Paris qui s'exprime. En tant que spectateur nous sommes rassurés "Voilà quelque chose que je connais !"

capture6Mais c'est une vision de l’art qui ne s’accorde pas avec son envie …  Alors on prend le couloir dans lequel se situaient les anciennes cabines de douche. Des espaces intimes, secrets, dans lesquels on découvre une toute autre facette de l'artiste. Le trait a radicalement changé, il est devenu noir, fort, profond. C’est une véritable idée de l’art qui s’affiche. L’élève est devenu maître. Des portraits de jais nous accueillent. Si on jette un rapide coup d’œil on ne voit que des tâches sombres sur un fond blanc. Mais lorsque l'on s'arrête, par exemple devant le portrait "Femme voilée" on découvre le secret de ces énigmatiques tableaux. Le peintre utilise toute une palette de noirs pour créer le volume d'un visage, qui nous parait tout à coup si présent, alors qu'un instant plus tôt il était insaisissable ! La texture semble travaillée polie, et le noir vibrant nous donne une véritable sensation tactile. Exactement comme quand on se retrouve devant une statue et que sa matière, si vivante, nous donne envie de toucher "pour être sûrs". Nous découvrons le "trait sculpté", si profond de Dorignac.

capture9Une grande partie de son travail est consacré au nu féminin. Une femme, la sienne, se retrouve déclinée dans une multitude d'études. Elle est souvent représentée massive imposante et sculpturale. Bestiale. Dans cette étude où elle est accroupie, construite dans une chromatique noire, elle ressemble au premier abord à ... un singe !  Le corps se montre sous des angles où sa puissance est mise en tension, prêt même à déborder du cadre. A l'image de cette femme de trois quart dont le corps replié semble contraint par les limites du support, et parait sur le point de s'étirer. Ou les corps de ces ouvriers et ouvrières desquels une puissante énergie se dégage cependant qu'ils sont à la tâche. Dans ces petites cabines nous pénétrons dans l'intimité d'un regard, et nous restons fascinés par son trait à la fois puissant et délicat.

capture20 Mais après le peintre sculpteur, celui de la matière découpée, du corps en tension, on découvre encore une nouvelle facette de l’artiste.  Après l’intimité des cabines, on va à la lumière d’une grande salle découvrir ce qui fut le projet d’une vie. Dorignac ne se voulait pas artiste, mais artisan. Son rêve ? Devenir décorateur. Nous nous retrouvons devant les  cartons préparatoires d’immenses tapisseries, ou des travaux de mosaïque. Projets qui n’ont jamais pu voir le jour, tant leur complexité était grande. Les deux amants, véritable cosmogonie sur des tons violets met au centre un adam et une eve, encadrés par deux arbres. Une multitude de détails, animaliers et humains, mythologiques ou religieux,  peuplent tout l'espace. C’est une vision qui met l’homme dans un tout, une unité. Elle raconte à la fois l'humanité à travers son histoire, mais aussi ses rêves, son imaginaire. Le tout dans une communion avec la nature. Dorignac, nous présente ici une harmonie de l'homme dans le monde, il trouve sa place, est apaisé. Du peintre de l'intime on découvre une envie de totalité, d'ouverture, véritable plénitude. Il faut se plonger dans les détails foisonnants et délicats de cette oeuvre, et sentir un doux apaisement nous envahir. On respire, on est bien.

De l'impressionnisme à la puissance du trait sculpté et en finissant par de géantes utopies, l'oeuvre de Dorignac nous éblouit de sa diversité. Sa technique n'autorise pas une balade rapide et froide des pièces. Son mystère nous invite à se rapprocher des œuvres, à les connaître. C'est un véritable échange intime qui se produit.

3 bonnes raisons de faire l'exposition :
- L'écrin unique qu'est La Piscine de Roubaix. Vous pourrez apercevoir en perspective des œuvres de l'exposition, les magnifiques statues qui trônent autour de l'ancien bassin.
- Georges Dorignac, cet "Inconnu célèbre" dont on découvre ici une parcelle de son immense talent.
- Parce que le temps d'une exposition on s'évade,  Dorignac nous invite à la contemplation.

La Piscine 
23 rue de l'Espérance, 59100 Roubaix
Du mardi au jeudi de 11h à 18h - Vendredi jusqu'à 20h - Samedi et dimanche de 13h à 18h.
Billet couplé exposition temporaire/collection permanente : 5,5 €

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Les gendarmeries du monde