Expo in the City YouTube
Expo in the City YouTube

Iván Navarro

Jusqu’au 13 mai 2017
Galerie Templon //

  • Bomb Blow, 2017, Iván Navarro, Fanfare
  • Drums, 2009, Iván Navarro, Fanfare
  • Bang, 2017, Iván Navarro, Fanfare
  • Beat 2017, Iván Navarro, Fanfare
  • Navarro 17 vue grande salle, Iván Navarro, Fanfare
  • Chandelier (Nadie Sabe Para Quien Trabaja), 2014, Iván Navarro, Fanfare
  • Iván Navarro, Fanfare

 

Fanfar

Hypnotique, magnétique, optique… L’œuvre d’Iván Navarro a tout pour nous transporter. L’artiste chilien f ait de la lumière sa matière première, il la manipule et l’oriente jusqu’à métamorphoser l’espace dans lequel elle scintille. L’œil se perd dans les méandres des néons de couleurs, des reflets lumineux qui modifient la perception des volumes. N’hésitant pas à user et détourner des objets électriques pour en faire des objets d’art, Iván Navarro expose l’éclat. Rayons lumineux et géométriques servent la même cause, nous immerger. On voit les motifs se répéter à l’infini pour mieux tromper notre regard vers une profondeur artificielle, et c’est bien là l’intérêt de l’artiste. Si ces mises en abyme donnent une impression d’espace, elles n’en restent qu’une impression, et renvoient à l’inverse à la question de l’emprisonnement. Au-delà des artifices, ces installations cliniques mettent ainsi en lumière la notion de pouvoir et de contrôle qui sont dénoncées en filigrane tout au long du parcours. Pour ce rendez-vous en Fanfare, Iván Navarro les met cette fois-ci en parallèle avec la notion de musique. Il fait entrer en résonance les illusions visuelles et sonores pour une insurrection par les sens, une synesthésie politique. Si le minimalisme et l’illusion d’optique sont omniprésents dans son œuvre, l’artiste ne se revendique pourtant d’aucune appartenance à un de ces mouvements.

Le Saviez-vous ? Le pouvoir et ceux qui l’incarnent ne sont pas pour Iván Navarro une lubie due au hasard, mais bien un leitmotiv viscéral pour cet enfant qui a grandi sous la dictature de Pinochet.


Iván Navarro uses light as his raw material, turning objects into electric sculptures and transforming the exhibition space by means of visual interplay. His work is certainly playful, but is also haunted by questions of power, control and imprisonment.

 

Galerie Templon
Jusqu’au 13 mai 2017
30 rue Beaubourg, 75003 – M° Rambuteau (11)
Du lun. au sam. de 10h à 19h
Fermé le dim.
Entrée libre

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Expo in the City YouTube