Barbara
Barbara

David Hockney

Du 21 juin au 23 octobre 2017 -
Centre Pompidou //

  • © David Hockney Photo Richard Schmidt
  • © David Hockney
  • © David Hockney Collection Tate London
  • © David Hockney photo Richard Schmidt
  • © David Hockney Tyler Graphics Ltd Photo Richard Schmidt
  • © David Hockney Photo Art Gallery of New South Wales Jenni Carter
  • © David Hockney Photo Steve Oliver
  • © David Hockney photo Prudence Cuming Associates
  • © David Hockney
  • © David Hockney Collection Metropolitan Museum of Art New York
  • ©Royal college of Art London photo Prudence Cuming Associates
  • © David Hockney Photo Richard Schmidt
  • © David Hockney
Photo Credit: Richard Schmidt
  • © David Hockney Photo Richard Schmidt Collection The David Hockney Foundation
  • © David Hockney
Collection Ludwig Museum, Budapest
  •  © David Hockney photo Prudence Cuming Associates Collection Tate London
  • © David Hockney Photo Chatsworth House Trust
  • © David Hockney
  • © David Hockney Collection Tate, London

 

Peinture mécanique

La mort de la peinture ? David Hockney n’y croit pas ! Si comme l’explique Walter Benjamin dans son célèbre essai, « l’ère de la reproductibilité technique » a bouleversé notre manière de regarder les œuvres picturales, le génie de David Hockney est d’avoir totalement intégré les nouvelles technologies à son art, jusqu’à créer une « peinture mécanique ». Dès les années 1960, cet artiste britannique s’est imposé comme un des peintres les plus influents du moment. De ses œuvres de jeunesse ironiques et engagées à ses toiles les plus connues, le Centre Pompidou nous offre une vue panoramique du travail de l’artiste qui se posent comme un syncrétisme des multiples courants artistiques de l’époque. Pourtant, il semble inclassable. Sa peinture puise son inspiration chez les plus grands : la vivacité des couleurs et la joie de vivre qui s’en dégagent font penser à Matisse, à Jean Dubuffet, il emprunte le graphisme inspiré du graffiti mais surtout, il admire Picasso pour sa liberté de brasser des styles très divers. David Hockney est aussi reconnu pour ses innovations techniques, son usage de la photographie, du polaroïd, de l’imprimante qu’il utilise pour superposer les formes, du fax qui lui permettait d’envoyer instantanément ses réalisations à ses proches et même de l’IPad grâce auquel il diffuse ses œuvres sur le web. Tous ces amalgames donnent naissance à une peinture moderne aux couleurs vives, qui interrogent notre propre manière de voir le monde et les hommes. Prenez le temps de vous arrêter sur ses incroyables « doubles portraits » qui représentent à merveille la lutte qu’a mené l’artiste durant toute sa carrière pour peindre la réalité sans tomber dans un naturalisme qui consisterait à copier le réel.

Le saviez-vous ?
En 2001, David Hockney publie Savoirs secrets, les techniques perdues des Maîtres anciens, un ouvrage dans lequel il soutient que depuis le XVème siècle, de nombreux peintres utilisaient des appareils optiques pour réaliser leurs œuvres. Cette théorie déclencha un débat virulent entre les historiens de l’art qui ont du mal à imaginer que les chefs-d’œuvre les plus appréciés de l'art occidental sont le fruit de telles techniques.

David Hockney is one of the most influent artists of his generation. His singular use of technologies in painting gives birth to amazingly modern and colorful works inspired by great artists such as Matisse, Dubuffet or Picasso.

Centre Pompidou
Du 21 juin au 23 octobre 2017
Place Georges-Pompidou, 75004 - M° Rambuteau (11)

Du mer. au lun. de 11h à 21h - Fermé le mar.
Tarif : 14 € - Tarif réduit : 11 €
Accessible aux personnes à mobilité réduite

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Expo précédente

Expo suivante


Barbara