Expo in the City sur YouTube
Expo in the City sur YouTube

Endless Portraits - Nicolas Clauss

Le Centquatre Paris -
Jusqu’au 6 août 2017 //

  • Wayne, Nicolas Clauss, New York City, 2014 - Endless Portraits au Centquatre Paris
  • Sihem, Nicolas Clauss - Endless Portraits au Centquatre Paris
  • Paris - New York, Nicolas Clauss - Endless Portraits au Centquatre Paris
  • Nicolas Clauss - Endless Portraits au Centquatre Paris
  • Model, Beijing, 2015, Nicolas Clauss - Endless Portraits au Centquatre Paris

 

Arrêt sur image

Photos ou vidéos ? Difficile de définir les œuvres de Nicolas Clauss. Le principe semble pourtant simple : un visage immobile devant un arrière-plan qui lui, continue de s’animer, le tout pris par un appareil effectuant de légères rotations autour du sujet. Et ça marche ! Tels des Mona Lisa, les modèles de Nicolas Clauss ne nous lâchent jamais du regard. On voudrait y échapper mais rien n’y fait, notre regard revient toujours se plonger dans celui de ces inconnus dont les vibrations intérieures nous racontent quelque chose, leur histoire, leur secret. Ils nous forcent à écouter et on ne peut s’empêcher de fantasmer leur vie, d’imaginer leur rêve et d’y projeter notre propre imaginaire. Immuables, ces portraits se construisent dans une intemporalité troublante, ils sont bien «sans fin». Sans fin et sans commencement puisque l’image frémit, elle hésite et tremble de manière totalement aléatoire et comme enfermée dans une boucle infinie, un éternel recommencement. La petite histoire de chacun semble s’inscrire dans ces événements du quotidien qui composent l’Histoire, nous amenant ainsi à redécouvrir l’ordinaire, le banal, en somme l’humain. L’artiste innove, il se détache en même temps de l’immobilité de la photographie et de la narration qu’implique la vidéo. Il nous déstabilise, mais finalement nous invite à créer à notre tour, en faisant appel à notre propre imagination et notre sensibilité. Pari réussi donc pour Nicolas Clauss qui suspend le temps et nous émerveille.

Between photography and film, these series of portraits of a new genre explore the distension of video time. These portraits don’t have a beginning neither an end and play themselves over and over again, based on generative writing, with the few seconds of film of which they are made. The random quivering of the image and the permanence of the gazes laid upon us create unrest.

Le Centquatre Paris
Jusqu’au 6 août 2017
5 rue Curial, 75019 - M° Riquet (7)              

Du mar. au ven. de 12h à 19h - Sam. et dim. de 11h à 19h - Fermé le lun.
Entrée libre

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Vous aimerez aussi…

Kaye Donachie, Sans titre, 2015 © Kaye Donachie. Courtesy Maureen Paley, Londres 2

Kaye Donachie

Du 18 mai au 23 juillet 2017 Plateau du FRAC // Sous les nuages de ses paupières   On ferme les yeux. Sous les paupières de Kaye Donachie, on accède à toute une histoire, qu’elle nous raconte à…

Rayk-Goetze-Kleiner-General-Galerie-Charron

Rayk Goetze - Barbaric Splendour

Du 1er juin au 1er juillet 2017 Galerie Charron //   Rayk Goetze, peintre contemporain originaire de Leipzig propose un style aux multiples influences dans ses créations aux « splendeurs barbares…

Brusk-Paontonime-Galerie-Laurent-Strouk

Brusk - L'art des rues

Du 8 juin au 15 juillet 2017 Galerie Laurent Strouk //   Passionné de la culture hip-hop et diplômé de l’école des Beaux-Arts de Saint-Etienne, Brusk, jeune street artiste français, est un…

Chateau_Rouge

Camille Léage & Elsa Noyons

Du 20 juin au 8 juillet 2017 Galerie L’Inattendue   Parfois, faire quelque chose ne mène à rien Coup du hasard, coup du destin, coup de chance ? Il est des rencontres fortuites qui se révèlent…


Expo in the City sur YouTube