YouTube
YouTube

Hervé Fisher – #conscienceaugmentée

Centre Pompidou
Du 15 juin au 11 septembre 2017 //

  • Hervé Fischer - École sociologique interrogative, Centre Pompidou
  • Hervé Fischer - École sociologique interrogative, Centre Pompidou
  • Hervé Fischer - La nature menacée, Centre Pompidou
  • Hervé Fischer - La société des consommateurs, Centre Pompidou
  • Hervé Fischer - Qui penses-tu être, Qui voudrais-tu être ? Centre Pompidou
  • Hervé Fischer - Sisyphe au pied de la Tour de Babel, Centre Pompidou
  • Hervé Fischer - Une société planétaire, Centre Pompidou
  • Hervé Fischer avec son Essuie-Main Hygiène de l'art, Centre Pompidou

 

L’œuvre d’Hervé Fischer est ancrée dans notre temps. Elle est tissée, coincée et créée par un monde rempli de technologie, où la culture n’est finalement plus au centre de la société, remplacée par les moyens modernes de communication, dont les créations au teint pâle ne touchent pas l’artiste. De dépit, presque, il se tourne vers l’art sociologique, un cri à l’aide dans ce monde aux yeux rivés vers l’écran, une dénonciation, une création engagée. L’exposition se sépare en trois parties, échos du chemin de l’artiste à travers l’absurdité d’une société qu’il peine à comprendre. On traverse d’abord l’errance de Fischer dans l’idéologie de l’art, on passe devant ces objets détournés de leur route, ces clivages culturels et politiques du monde, comme des crevasses béantes qui menacent de nous avaler. La suite apporte avec elle le chaos numérique, et la démesure mathématique. On est projeté dans un univers rempli de codes-barres, débordant de langages binaires et de diagrammes, figures emblématiques des puissances financières et économiques que l’artiste place sous les projecteurs, espérant mettre en lumière leur cruauté glaçante. La prochaine porte s’ouvre sur un monde trompeur, celui des réseaux sociaux, aux vérités transformées et aux récits embellis. Fischer nous demande alors de participer, de prendre en photo les codes-barres peints, ceux-ci affichant alors des messages sur nos téléphones, projetant l’art jusque dans notre intimité pour avertir de l’invasion étrange et terrifiante de ces moyens de communication. Une virée immersive dans l’art sociologique dont on ressort la tête pleine de revendications.

Fischer's sociological art is influenced by our world and the progress of technology and modern means of communication, such as social media. Walk into a world full of chaos and made of barcodes, a committed art that will leave you lost admist the modernity of our society.

Centre Pompidou
Du 15 juin au 11 septembre 2017

Place Georges-Pompidou, 75004 – M° Hôtel de Ville (1/11)
Le lun. et du mer. au dim. de 11h à 21h
Tarif : 14 € - Tarif réduit : 11 € - Gratuit – 26 ans

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Vous aimerez aussi…

Rosa Zarkikh, Reflection, 2005 - Exposition Inextricabilia, Enchevetrements magiques a la Maison Rouge - Courtesy Museum of Outsier Art, Bar

Inextricabilia

Jusqu'au 17 septembre 2017 -  Maison Rouge // Enchevêtrements Magiques On le sait, les artistes ont pour habitude de reprendre les motifs, les formes et les techniques de leurs prédécesseurs afin…

Chongqing-003

Métamorpolis - Tim Franco

Jusqu’au 1er octobre 2017 Maison de la Chine En Chine, il existe une ville du nom de Chongquing. Elle s’étend parmi les collines et abrite le barrage des Trois-Gorges, barrage hydraulique le…

nathalie junod ponsard, crépuscule persistant

Le dépli de la lumière

Inauguration le 4 juillet 2017 Bâtiment Austerlitz // Couleurs mouvantes A partir du 4 juillet 2017 une œuvre d’art atypique fera briller le bâtiment Austerlitz d’une lumière nouvelle dans la…

Joaquin Ferrer - Maison latine

Joaquin Ferrer

Du 30 mai au 9 septembre 2017 Maison de l'Amérique latine // La vie ensoleillée Artiste cubain né à Manzanillo en 1928, Joaquin Ferrer commence à exposer à La Havane dans les années 50.…


YouTube