Culture au quai
Culture au quai

Ed Van Der Elsken

Du 13 juin au 24 septembre 2017 -
Jeu de Paume //

  • Ed van der Elsken, Vali Myers (Ann) devant son miroir, Paris, 1953.
  • Ed van der Elsken, Vali Myers (Ann) danse à La Scala, Paris, 1950. Nederlands Fotomuseum Rotterdam
  • Ed van der Elsken, Vali Myers (Ann), Paris, 1953. Nederlands Fotomuseum Rotterdam
  • Ed van der Elsken, Pierre Feuillette (Jean-Michel) et Paulette Vielhomme (Claudine) s’embrassant au café Chez Moineau, Rue du Four, Paris, 1953. Nederlands Fotomuseum Rotterdam
  • Ed van der Elsken, Vali Myers (Ann), Roberto Inigez-Morelosy (Ma-nuel) et Geraldine Krongold (Geri), Paris, 1950. Nederlands Fotomuseum Rotterdam
  • Ed van der Elsken, Pierre Feuillette (Jean-Michel Mension), Paris, vers 1953 (2016). Nederlands Fotomuseum Rotterdam
  • Jean Michel Mension and Auguste Hommel, Paris, 1953
  • Ed van der Elsken, Brigitte Bardot, Paris, 1952 (v. 1979)Nederlands Fotomuseum Rotterdam

 

Vivre et revivre

La quintessence de la passion, c’est dans l’œuvre d’Ed Van Der Elsken qu’elle se cristallise. La passion pour la vie, l’amour, pour les autres. La passion brute, la vraie. Quand nous remontons aux années 1950, personne n’imagine encore faire de la photographie un outil au service de « la vraie vie » telle que Ed Van Der Elsken la ressent. En Europe, on connaît la photographie documentaire, humaniste, mais c’est une autre porte qui s’ouvre avec la perception du jeune photographe néerlandais. Il est fini le temps d’attendre, d’être à l'affût de cet « instant décisif », chaque morceau de vie tient sa chance maintenant. C’est l’authenticité qui prime, et tous les moyens sont bons pour la faire jaillir. Autant séducteur que provocateur, Ed Van Der Elsken sait attiser la vérité, la faire venir. « Montre qui tu es » lance-t-il à ses cibles, faisant de lui un être hybride entre le chasseur urbain et le metteur en scène du quotidien. D’Amsterdam à Tokyo, en passant par Paris, il garde une fascination sans mesure pour la rue. Sur le pavé, il va croiser ceux qu’il appelle « les siens », ceux qui comme lui, partagent la vie de bohème dans un halo jazz, alcool et cigarettes. Ils parlent le même langage, mais en se passant de prose, c’est par le corps que l’on se comprend. Enfant du XXe siècle, Ed Van Der Elsken et ses compagnons de route évoluent sous le spectre de leur époque. Sombre dans les années 1950, il devient rebelle en 1960, puis anticonformiste dans les années 1970, avant d’adopter un tempérament philosophe en 1980. Un chemin de vie qui se retrouve dans son esthétisme. Un grain appuyé, un noir et blanc franc et contrasté, il y a quelque chose de cinématographique dans sa prise de vue. Une imbrication logique pour Ed Van Der Elsken qui va aussi réaliser des films et romans photos.

The quintessence of passion is in the work of Ed Van Der Elsken that it crystallizes. When we go back to the 1950s, no one can imagine making photography a tool for "real life" such as Ed Van Der Elsken feels it.

Jeu de Paume
Du 13 juin au 24 septembre 2017
1 place de la Concorde – M° Concorde (1/8/12)
Du mar. au dim. de 11h à 19h- Mar. jusqu’à 21h -Fermé le lun.
Tarif : 10 € - Tarif réduit : 7,50 €
Gratuit le dernier mar. du mois pour les étudiants et les moins de 26 ans.
Accessible aux personnes à mobilité réduite

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Vous aimerez aussi…

Ismail Bahri, Revers, 2016, serie de videos HD, son stereo, durees variables - Instruments au Jeu de Paume 2

Ismaïl Bahri

Du 13 juin au 24 septembre 2017 - Jeu de Paume // Instruments À l’aube du XXe siècle, Henri Bergson interroge le besoin presque instinctif qu’a l’homme d’utiliser un instrument. Il en soulève un…

hiddenPortrait_IV®Hela Ammar_2014

Biennale des photographes du monde arabe

Du 13 septembre au 29 octobre 2017 - Maison Européenne de la Photographie // Maghreb d’ici et d’ailleurs  Pour la deuxième édition de cette biennale des photographes du monde arabe contemporain,…

Chongqing-003

Métamorpolis - Tim Franco

Jusqu’au 1er octobre 2017 Maison de la Chine En Chine, il existe une ville du nom de Chongquing. Elle s’étend parmi les collines et abrite le barrage des Trois-Gorges, barrage hydraulique le…

Liu Bolin, Hiding in the City 99, Three Goddesses, 2012 - Liu Bolin, Ghost Stories à la Maison Européenne de la Photographie

Liu Bolin Ghost Stories

Du 6 septembre au 29 octobre 2017 - Maison Européenne de la Photographie // Où est passé Liu Bolin ? Se faire remarquer en disparaissant, c’est le pari apparemment insensé que s’est lancé…


Culture au quai