MAM
MAM

La cheminée aux soucis

Jusqu’au 23 juillet 2017 -
Musée Maillol //

Si certains tableaux sont tranquillement installés sur les murs des plus grands musées, profitant de l’admiration des amateurs d’art, d’autres ont la vie dure! C’est le cas de Profil bleu devant la cheminée, ce magnifique portrait de Matisse volé, racheté, perdu, retrouvé… Retour sur le parcours rocambolesque d’un tableau malmené.

  • © Collection Particulière
  • © Collection Particulière

 

  • © Collection Particulière
  • © Collection Particulière

Profil bleu devant la cheminée

Une création embarassante
En mars 1937, Henri Matisse peint ce portrait de la jeune Lydia Délectorskaya, son assistante et sa muse. C’est loin d’être la première fois qu’elle pose pour lui, il a réalisé au moins 90 portraits d’elle ! Pour cette séance, c’est elle qui a choisi cette robe bleue, qu’elle a réalisée elle-même. La composition du tableau est très riche, équilibrée et en apparence classique avec un fond parfaitement symétrique qui contraste complètement avec la position en biais de Lydia. L’éclat des couleurs, la grossièreté du trait et le dialogue entre la figure du premier plan et celle de la toile suspendue au-dessus de la cheminée en font un véritable chef-d’œuvre. Et l’on peut dire que ce n’est pas du goût de Madame Matisse ! Elle demande à son mari de congédier cette muse, trop imposante à son goût. Matisse s’exécute et on comprend pourquoi Lydia a renommé cette toile
Robe bleue, profil devant la cheminée aux soucis, même si le peintre finira par quitter son épouse pour retourner dans les bras de son égérie quelques années plus tard. C’est loin d’être le dernier “souci” qu’a connu la toile!

Le Grand Vol
A peine le tableau achevé, c’est au 21 rue de la Boétie, chez le collectionneur et ami de l’artiste, Paul Rosenberg, qu’il est exposé comme le veut leur « contrat de première vue ». Parfait connaisseur du marché de l’art, soutien précieux aux artistes d’avant-garde encore difficilement acceptés, homme d’affaires hors pair, Paul Rosenberg abrite dans sa galerie de nombreuses œuvres de l’artiste et de ses contemporains. Jusque là tout va bien. Mais en juin 1940, les nazis sont dans Paris. De confession juive, le galeriste doit fuir au plus vite et se réfugie aux Etats-Unis. Il tente en urgence de sauver ses œuvres en les plaçant dans un coffre à Libourne. Mais les Allemands en sont informés et s’emparent du coffre. C’est ce que l’on a appelé le « Grand Vol ». Toute la collection est éparpillée. Les ennuis commencent pour notre
Profil bleu devant la cheminée ! La toile devient la propriété du pillard Hermann Goering qui l’échange rapidement à Gustav Rochlitz, un marchand allemand basé à Paris, qui sert d’intermédiaire aux nazis pour revendre les œuvres d’art dit « dégénéré », à l’encontre des canons allemands. Ensuite, trou noir. Impossible de savoir ce qu’est devenue l’œuvre pendant 10 ans.

Les Retrouvailles
On sait qu’elle a encore changé de propriétaire avant de se retrouver entre les mains de Niels Onstad, un amateur d’art norvégien qui conserve l’œuvre dans son musée à Oslo. En 2012, Onstad prête le tableau au Centre Pompidou pour la grande rétrospective consacrée à l’artiste. Dommage pour lui… Anne Sinclair, petite fille de Paul Rosenberg, reconnaît la toile. La famille demande immédiatement une restitution qui lui sera accordée en 2014. On peut dire que Lydia Délectorskaya était bien à propos en renommant son portrait “
cheminée aux soucis” !

L'Affaire du siècle
Malgré toute cette histoire, on peut dire que ce tableau a eu de la chance. Parmi les 162 toiles spoliées à Paul Rosenberg, certaines n’ont toujours pas été retrouvées, bien que les descendants du galeriste soient toujours à leur recherche. D’autres ont été particulièrement abîmées au cours des différents échanges. C’est le cas par exemple de
La Femme assise sur un fauteuil peint en 1924 par Matisse qui a été retrouvée avec d’autres œuvres volées sous l’Occupation dans un appartement à Munich. Peut-être vous souvenez-vous de l’affaire Gurlitt ? L’un des plus gros scandales de l’histoire de l’art de ces dernières années. En 2012, furent retrouvées chez Cornelius Gurlitt plus de 1300 œuvres remarquables. Fils d’un marchand d’art proche d’Hitler, ayant joué un rôle majeur dans le trafic de l’art dégénéré au profit du régime nazi, il a réussi à vivre 80 ans hors des radars des services sociaux allemands, vendant des oeuvres sous le manteau.

21 rue de la Boétie au Musée Maillol
Jusqu’au 23 juillet 2017
61 rue de Grenelle, 75007
M° Rue du Bac (12)
Tlj. de 10h30 à 18h30 – Nocturne le ven. jusqu’à 21h30
Tarif : 13 € - Tarif réduit : 11 €

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Vous aimerez aussi…

Claude Monet, Nympheas, temps gris, 1907 -Tokyo-Paris, chefs d'oeuvre du Bridgestone Museum au Musee de l'Orangerie

L’art de la mondialisation

Jusqu’au 21 août 2017 - Musée de l’Orangerie // S’il y a bien une chose qui rassemble le Musée de l’Orangerie du Bridgestone Museum, c’est certainement la présence des Nymphéas de Monet. D’ordinaire…

Paul Cezanne, Les joueurs de Cartes - Musee d'Orsay

Comment faire un chef-d’œuvre ?

Jusqu’au 24 septembre 2017 - Musée d’Orsay // C’est l’exposition-événement de l’été: Portraits de Cézanne ! Ici pas de nature morte ni de paysages, cette fois c’est sur les portraits du peintre que…

voyante-courbet

La voyante - Gustave Courbet, 1865

Courbet représente une jeune fille de face, en buste, la tête légèrement incliné, isolée de son environnement grâce à un cadrage très serré. Son regard est dirigé vers le spectateur, au premier…

le-modele-rouge-magritte

Le modèle rouge - René Magritte

Le modèle rouge, René Magritte, 1935 C’est l’un des tableaux les plus célèbres du surréalisme, Magritte en a fait sept variantes entre 1935 et 1964. Ce qui saute aux yeux lorsque l’on regarde…


MAM