Barbara
Barbara

ORLEANS // Jean-Baptiste Perronneau

Jusqu’au 17 septembre 2017 - 
Musée des Beaux-Arts d’Orléans //

  • Autoportrait aux bésicles, École française
  • Maurice-Quentin de La Tour_Autoportrait
  • Portrait d'Aignan-Thomas Desfriches
  • Portrait de Charles Alexandre de Lorraine
  • Portrait de Daniel Jousse (1704-1781), conseiller au Présidial d'Orléans.
  • Portrait de Denis Mac Carthy
  •  Portrait de Pierre Agard
  •  Portrait de Pierre François Jean du Cluzel enfant
  • Portrait du peintre François Gilquin
  • Perronneau Portrait d'un homme de face en habit et veste de soie rose
  • Portrait de Félicité Pinchinat, future Mme Seurrat de Guilleville, en Diane 1765
  • Portrait de Jacques Cazotte
  • Portrait de Joseph Thérèse Michel de Grilleau_Dépôt du Louvre
  • Portrait de Lambert Sigisbert Adam, dit Adam l'ainé
  • Portrait du chevalier de Camiran
  • Portrait de Mme de Parouty
  • Portrait de Mme de Sorquainville, née Geneviève Antoinette Le Pelletier de Martainville
  • Portrait de Mme Le Grix, née Marthe Agard
  • Portrait de Mme Michel de Grilleau, née Madeleine Françoise Seurrat de Bellevue _Dépôt du Louvre
  • Portrait de Philippe Cayeux, sculpteur d'ornements et de son épouse
  • Vue du cimetière de Monastir (Afrique du Nord), École française
  • Portrait du prince d'Ardore portant le ruban de l'ordre de Saint Janvier
  • Portrait d'un homme de face en habit et veste de velours bleu roi
  • Portrait d'une femme en robe à la française de soie rouge
  • Portrait d'une femme en robe bleue et de son serviteur noir.

 

Portraits de Lumières !

Le siècle des Lumières c’est le siècle des philosophes, des intellectuels. On croit en l’art et à la diffusion des connaissances plus qu’en la religion. La lutte contre l’obscurantisme se fait à coup de lectures et de débats et ne laisse plus de place aux superstitions. L’Homme est pensé dans sa perfectibilité, dans sa capacité à s’instruire et à développer ses facultés. Il est donc au centre de l’attention, développant un intérêt commun pour « soi-même ». Dans ce sens, le portrait est tout particulièrement apprécié, qu’il s’agisse de l’aristocratie comme du reste de la population.  Jean-Baptiste Perronneau excelle dans cet art qu’il manie au pastel. Ces œuvres donnent ainsi à voir un fragment de vie de cette époque, de ces hommes et femmes qui ont souhaité immortaliser leur image. Parmi eux, Aignan Thomas Desfriches, un ami de l’artiste, mais aussi le fondateur du musée où sont aujourd’hui exposées les toiles du peintre. Son travail a inspiré par la suite les artistes qui l’ont succédés, comme Helleu ou Berthe Morisot qui le considéraient comme un maître du pastel. Plus de 100 portraits sont présentés aujourd’hui pour remettre à l’honneur les créations de Jean-Baptiste, dans la ville qu’il a si souvent visité.

Musée des Beaux-Arts d’Orléans
Jusqu’au 17 septembre 2017
Place Sainte-Croix, 45000 Orléans

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Barbara