Né(e)s de l’écume et des rêves
Né(e)s de l’écume et des rêves

LE CANNET // Bonnard

Jusqu'au 28 janvier 2018 -
Musée Bonnard //

  • © Adagp, Paris 2017 © Yves Inchierman
  • © Adagp, Paris 2017
  • © Adagp, Paris 2017 © RMN-Grand palais (Musée d’Orsay) / droits réservés
  • © Adagp, Paris 2017 © Yves Inchierman
  • © Adagp, Paris 2017 ©RMN-Grand Palais (Musée d’Orsay) ©Hervé Lewandowsky
  • © Adagp, Paris 2017
  • © Adagp, Paris 2017 © RMN-Grand palais (musée d’Orsay) / droits réservés
  • © Adagp 2017 © Jean-Michel Drouet
  • © Adagp, Paris 2017
  • © Adagp, Paris 2017 © Centre Pompidou, MNAM-CCo, Dist. RMN-Grand Palais © Jean-Claude Planchet

 

Hommage et chefs-d’œuvre

Le musée Bonnard nous donne rendez-vous pour célébrer à ses côtés le 150e anniversaire du peintre du même nom, Pierre Bonnard. Il serait facile de dire « Pierre Bonnard, peintre de la couleur et de la lumière », une formule déjà vue et revue, et pourtant, impossible d’y échapper tant elle est juste ! Le Cannet est à Bonnard ce qu’Aix-en-Provence est à Cézanne, Giverny à Monet ou encore Nice à Matisse : une source d’inspiration inépuisable et le lieu d’implantation d’un musée entièrement dédié à son œuvre. Une œuvre riche et diversifiée en ce qui concerne Bonnard. De la période Nabi aux scènes intimistes de la fin de sa vie, le peintre de la couleur et de la lumière s’est montré attentif aux mouvements de son temps – Impressionnisme, Surréalisme, Nabi - pour y puiser des éléments et les intégrer dans des tableaux inclassables. L’affiche France Champagne (1891), le paravent de La Promenade des nourrices frise des fiacres (1897), L’Amandier (1946-1947), Nu sombre (1941)… aucun des chefs d’œuvre ne manque à l’appel dans cette exposition qui célèbrera le 150e anniversaire de la naissance du maître. La projection des photos de sa maison au Cannet et une visite virtuelle en 3D de la demeure complètent le parcours. Un bien bel hommage !  

> On a vu, on vous raconte

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Expo précédente


Né(e)s de l’écume et des rêves