Expo in the City sur YouTube
Expo in the City sur YouTube

Ce que deviennent les œuvres de la FIAC [1/4]

Si la plupart des œuvres d’art contemporain trouvent une famille d’accueil à l’issue de la FIAC - exposées sur les cimaises d’une fondation prestigieuse ou sur les murs d’un particulier ou encore mises à l’abri dans un coffre-fort -d’autres connaissent un destin bien différent : invendues (32% en 2016), itinérantes, abîmées, reconverties, consommées, jetées par inadvertance… On fait le point sur l’après-FIAC dans une série en quatre épisodes et quatre exemples croustillants.


1. Les œuvres globe-trotteuses

Ai Weiwei, Circle of Animals Zodiac Heads, 2010 - Et après Ce que deviennent les oeuvres de la FIAC 2017

Ai Weiwei, Circle of Animals / Zodiac Heads, 2010
Une réflexion sur notre rapport au passé et sur la valeur des reliques

Vous les avez peut-être croisées au Jardin des Tuileries dans le cadre du Hors les Murs de la FIAC en 2015. Les douze têtes d’animaux en bronze d’Ai Weiwei n’y ont fait qu’une escale avant de reprendre leur tournée mondiale de Pittsburg à Vienne en passant par Louisville où elles se trouvent actuellement. Réinterprétation des douze statues zodiacales qui ornaient la célèbre fontaine horlogère du Yuanming Yuan, le palais d’Été de Pékin mis à sac en 1860 par les Français et les Anglais pendant la seconde guerre de l’opium, elles symbolisent autant l’humiliation que le patriotisme chinois. En 2009, le gouvernement chinois cherchait encore à stopper la mise en vente de deux des têtes originales appartenant à la collection personnelle d’Yves Saint-Laurent. Aujourd’hui, des manifestations et des réclamations fusent régulièrement pour récupérer ce qui est considéré comme une relique.

Dans la continuité du travail d’Ai Weiwei, artiste majeur de la scène artistique chinoise, Circle of animal / Zodiac Heads interroge les rapports vrais / faux. Cette œuvre peut-elle être appréciée indépendamment de la référence à son modèle ? Aussi reconstituée et réinterprétée qu’elle soit, ne contribue-t-elle pas réparer le préjudice subi en faisant la lumière sur le pillage ? Ou revendique-t-elle son opposition en n’appartenant à personne et en changeant constamment de lieu ? Une bien belle leçon de relativité.

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Vous aimerez aussi…

Wang Du, Médecine interne, 2016 // Prix : 160 000 € (Galerie Laurent Godin, Paris)

Acheter à la FIAC selon votre profil

Investisseur, hédoniste, passionné, influenceur, érudit ou altruiste, le collectionneur d’art contemporain acquiert des œuvres bien différentes selon qu’il privilégie ou non certains critères : coup…

Nicolas de Staël, Arbres et maisons (paysage), 1953 - Applicat-Prazan, Paris - FIAC 2017

Les œuvres les plus chères de la FIAC

Comme chaque année, la FIAC met en lumière les futurs grands noms de l’art contemporain, et consacre les plus grands artistes, modernes comme contemporains. Nous vous dévoilons les chefs-d'œuvre de…

Moataz Nasr, Vacanze Romane, 2013

Ce que deviennent les œuvres de la FIAC [3/4]

Si la plupart des œuvres d’art contemporain trouvent une famille d’accueil à l’issue de la FIAC - exposées sur les cimaises d’une fondation prestigieuse ou sur les murs d’un particulier ou encore…

Déjeuner éphémère de Pierre Gagnaire pour la FIAC 2012 - Navet Buren - Et après Ce que deviennent les oeuvres de la FIAC 2017

Ce que deviennent les œuvres de la FIAC [2/4]

Si la plupart des œuvres d’art contemporain trouvent une famille d’accueil à l’issue de la FIAC - exposées sur les cimaises d’une fondation prestigieuse ou sur les murs d’un particulier ou encore…


Expo in the City sur YouTube