Expo in the City sur YouTube
Expo in the City sur YouTube

Shoah et bande dessinée

Jusqu'au 7 janvier 2018 -
Mémorial de la Shoah //

  • La bête est morte d’Edmond-François Calvo (dessin), Victor Dancette et Jacques Zimmermann (scénaristes), Éditions Gallimard, novembre 1944, collection particulière
  • Rose Valland, capitaine des Beaux-Arts, de Catel Muller (dessinatrice), Claire Bouilhac, Emmanuelle Polack (scénaristes) et Claire Champeval (coloriste), Dupuis, 2009, Collection particulière de Catel Muller
  • U.S.A Comics, Vol. 1 # 1, couverture de Jack Kirby, Marvel, août 1941

 

Comment exprimer le plus noir de l’Histoire ? Comment faire résonner le cri de 5 millions de victimes sans que le spectateur ne détourne le regard ? Et que dire, face à l’hébétude mondiale provoquée par la Shoah ? Dénoncer, incriminer, juger ou pardonner : quelle attitude pour l’artiste ? Raconter la Shoah c’est peindre l’indicible, un défi de taille. Non sans tâtonnements, les dessinateurs de bande dessinée ont tenté de s’emparer du thème délicat de la Shoah. Une à une, les images racontent l’horreur et forcent au souvenir, car comme le disait Édouard Glissant, "L'oubli offense, et la mémoire, quand elle est partagée, abolit cette offense".

How do cartoons colour the image of the Holocaust, the Nazi, genocide of the Jews in the 1930s and 40s? History and eye-witness accounts mix in pictorial story form to produce sometimes larger than life, sometimes artistic renditions of this dark period.

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Expo suivante


Expo in the City sur YouTube