Né(e)s de l’écume et des rêves
Né(e)s de l’écume et des rêves

COLMAR // Corpus Baselitz

Du 9 juin au 29 octobre 2018 -
Musée Unterlinden // 

Ce qu'en dit le musée :

" À l’occasion du 80e anniversaire de l’artiste allemand Georg Baselitz, le Musée Unterlinden lui consacre une importante exposition. Intitulée Corpus Baselitz, cette manifestation présente à Colmar et pour la première fois dans un musée en France, un ensemble significatif et inédit de plus de 70 œuvres (peintures, dessins, sculptures) réalisées entre 2014-2017, dans lesquelles l’artiste interroge son propre corps et, à travers lui, sa place dans l’histoire de l’art.

Depuis ses premiers tableaux renversés de 1969, Baselitz a multiplié de façon plus ou moins régulière, dans la tradition du nu et de l’autoportrait, la représentation de son propre corps accompagné ou non de celui de son épouse Elke. Si son regard était jusqu’alors celui d’un observateur distancié, dans la série des œuvres qu’il entame l’hiver 2014-2015, il se confronte à la réalité de son âge avancé et à l’usure du temps. Dans ce travail introspectif, il convoque ses maîtres (Duchamp, Dubuffet, Dix, Picasso) dans une apparente descente aux enfers. Le corps mutilé, incomplet et fractionné s’expose sans concession. La violence du sujet de la vieillesse est contrebalancée par le mouvement de la descente de l’escalier (référence au Nu descendant l’escalier de Duchamp, 1912) que le renversement rend ascensionnel. La générosité de la matière et une nouvelle technique de peinture transfigurent les corps devenus luminescents et vibrants.

L’obsession du sujet de son corps mis à nu décliné par Baselitz à l’aube de ses 80 ans et la transmutation de cette vision noire en une représentation vigoureuse et généreuse offerte au public, témoignent de la permanence de l’énergie vitale et créatrice de l’artiste. Le thème, la forme (qui emprunte parfois aux polyptyques médiévaux), la monumentalité, la matière et la couleur dans les œuvres de l’artiste allemand résonnent comme un écho contemporain aux panneaux de Grünewald dans le Retable d’Issenheim, chef d’œuvre du Musée Unterlinden.

Cette exposition rend un hommage exceptionnel et distinct à un artiste contemporain majeur, dans la continuité de la rétrospective que lui consacre la Fondation Beyeler près de Bâle jusqu’en mai 2018. "

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Vous aimerez aussi…

Pablo Picasso, La suppliante, 1937

NÎMES // Picasso. Le temps des conflits

D'octobre 2018 à février 2019 -  Carré d’Art - Musée d’art contemporain de Nîmes // En 2018, l’initiative « Picasso-Méditerranée » se poursuit. Parmi la soixantaine d’institutions qui ont imaginé…

Dorothea Tanning and Max Ernst with his sculpture, Capricorn, 1947

METZ // Couples modernes

Du 28 avril au 20 août 2018 -  Centre Pompidou-Metz // À quatre mains, la création se fait plus riche et énigmatique : à qui attribuer l’idée originelle ? La paternité de l’œuvre ? Autant de…

Marcel Duchamp

ROUEN // Marcel Duchamp

Du 15 juin au 24 septembre 2018 - Musée des Beau Arts de Rouen // Ce qu’en dit le musée : "La Métropole Rouen Normandie a été fortement marquée par la présence de Marcel Duchamp (1887 –…

Picasso Minotaure

ÉVIAN-LES-BAINS // Picasso, Atelier du minotaure

Du 30 juin au 7 octobre 2018 - Palais Lumière de Évian-les-Bains Dans un ancien bâtiment thermal de la ville d’Evian est exposée une série d’œuvres du célèbre artiste autour de la figure…


Né(e)s de l’écume et des rêves