fbpx
Expo in the City YouTube
Expo in the City YouTube

CADILLAC // Bettina Rheims, Détenues

Jusqu'au 4 novembre 2018 -
Château de Cadillac //

  • Vue de l'exposition Détenues de Bettina Rheims au Chateau de Cadillac
  • Vue de l'exposition Détenues de Bettina Rheims au Chateau de Cadillac
  • Vue de l'exposition Détenues de Bettina Rheims au Chateau de Cadillac
  • Vue de l'exposition Détenues de Bettina Rheims au Chateau de Cadillac
  • Vue de l'exposition Détenues de Bettina Rheims au Chateau de Cadillac
  • Vue de l'exposition Détenues de Bettina Rheims au Chateau de Cadillac
  • Vue de l'exposition Détenues de Bettina Rheims au Chateau de Cadillac
  • Vue de l'exposition Détenues de Bettina Rheims au Chateau de Cadillac
  • Eve Schmit, novembre 2014, Roanne
  • Milica Petrovic, novembre 2014, Rennes
  • Niniovitch, novembre 2014, Roanne
  • Ramy, octobre 2014, Poitiers Vivonne
  • Vaiata, novembre 2014, Rennes
  • Vanessa Bareck, novembre 2014, Corbas
  • © Patrick Müller - CMN
  • © Patrick Müller - CMN
  • © Valentin Phoreau Convergence Garonne CMN
  • © Valentin Phoreau Convergence Garonne CMN
  • © Valentin Phoreau Convergence Garonne CMN
  • © Valentin Phoreau Convergence Garonne CMN
  • © Valentin Phoreau Convergence Garonne CMN
  • © Valentin Phoreau Convergence Garonne CMN
  • © Valentin Phoreau Convergence Garonne CMN
  • © Valentin Phoreau Convergence Garonne CMN
  • © Valentin Phoreau Convergence Garonne CMN
  • © Valentin Phoreau Convergence Garonne CMN
  • © Valentin Phoreau Convergence Garonne CMN
  • © Valentin Phoreau Convergence Garonne CMN
  • © Valentin Phoreau Convergence Garonne CMN

 

Une intimité sous clés

Bettina Rheims, la photographe des stars se penche désormais sur ces inconnues en détention carcérale. Après les icônes comme Monica Bellucci, Marion Cotillard, Sharon Stone, Sophie Marceau, Catherine Deneuve, Kylie Minogue ou encore Madonna, l’artiste la plus subversive de son temps, décorée des insignes d’Officier de la Légion d’honneur par le Président Jacques Chirac, revient sur le devant de la scène avec une série inédite et poignante dédiée aux détenues

Les femmes représentent aujourd'hui 4% des détenus en France. Ce qui est peu ou déjà trop ? Toujours est-il que la photographe a voulu les mettre en lumière par son objectif avec son exposition "détenues" au Château de Cadillac, précédemment présentée au Château de Vincennes. L'artiste n'a pas souhaité représenter l'histoire de ces femmes individuellement : c'est sa volonté de montrer au grand public la détention des femmes en général qui transparaît dans cette exposition. Son mot d'ordre est de montrer une facette plus large et humanisante du milieu carcérale féminin. Elle dit aussi avoir choisi le Château de Cadillac comme lieu d'accrochage puisqu'il est lui-même chargé d'histoire.

Bettina Rheims raconte l’absence de miroirs dans les cellules des prisonnières. Tout cela pour éviter les dérives. Les femmes ne se regardent donc plus, ne se voient plus et perdent leur conscience d'elles-mêmes. L'artiste témoigne : "Une femme qui ne se regarde plus, c'est une femme qui perd quelque chose de profond en elle". Ce projet leur a permis de leur ouvrir comme une fenêtre, de leur offrir une image d'elles où elles pourraient se retrouver et réaliser que finalement, elles existent.
L'artiste nous livre ici des portraits à fleur de peau, représentations d’une féminité incarcérée, privée de liberté, évoluant dans des espaces d’enfermement, loin de leurs familles et de leurs enfants. A travers leur rencontre avec la photographe, ces femmes recouvrent peu à peu la part de féminité dont elles ont été privées, et renouent un peu avec une cette estime de soi et cette dignité, bien souvent égarées dans ces lieux de détention où rien n’est fait pour elles. Bettina Rheims chahute ainsi notre vision du monde carcéral, lui redonnant la part d’humanité dont il est si souvent dénué, balayant de son objectif les éternels débats sur la violence et la radicalisation pour se concentrer sur des portraits bouleversants de sensibilité, et ce, au cœur du Château de Cadillac, renouant ainsi avec le passé carcéral de ce monument de l’Histoire de France, qui fut une prison pour femmes du XIXe siècle aux années 1950.

« Il me fallait aller à la rencontre de femmes qui n’avaient pas fait le choix de vivre entre quatre murs. Nous avons beaucoup parlé. Elles se sont racontées, et j’ai tenté de leur offrir un moment hors de ce temps-là », Bettina Rheims.

An exhibition about the sensitive topic of women inmates which reveal many unknown details about prison life. A very touchy initiative from the photographer, Bettina Rheims.

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Vous aimerez aussi…

makiko_visuel_4

CARQUEFOU // Makiko Furuichi

Du 23 juin au 7 octobre 2018 - FRAC des Pays de la Loire // Makiko Furuichi a coutume de dire qu’elle dessine et peint les personnages qui flottent dans sa tête, des personnages qui font partie de…

James Turrell, Cherry, 1998

NANTES // James Turrell

Du 1er juin au 2 septembre 2018 - Musée d'Art de Nantes // Et la lumière fut ! James Turrell joue avec les éléments pour créer du beau, mais pas seulement. Il nous fait nous retrancher au plus…

christer-hlin-the-swedish-history-museum

NANTES // Nous les appelons Vikings

Du 16 juin au 18 novembre 2018 - Château des Ducs de Bretagne - Musée d'Histoire de Nantes // Les pillards les plus populaires du Moyen-Âge n’ont pas fini de nous révéler leurs secrets. Remis sur…

02-Le snark @ courtesy of Jack London Papers

BORDEAUX // Jack London dans les mers du sud

Du 29 mai au 2 décembre 2018 - Musée d'Aquitaine // Si notre mémoire associe Jack London à Croc-Blanc, il serait dommage de le réduire à ce livre : ce voyageur du XXe siècle a sûrement foulé plus…


Expo in the City YouTube