fbpx
Le Boverie
Le Boverie

Passée au crible : L'Atelier des Lumières

Jusqu'au 11 novembre 2018 - L'Atelier des Lumières // 

Du grand spectacle

Si vous recherchez l’éblouissement, celui qui, à grands renfort de « oh » et de « ah », parvient à forcer votre admiration, alors c’est le sol de l’Atelier des Lumières qu’il vous faut aller fouler. Levez les yeux sur les parois de 10 mètres de haut, murs sur lesquels l’art est projeté grâce aux miracles des nouvelles technologies. Dans cette ancienne fonderie, une halle gigantesque de 2000m2 située dans le 11e arrondissement, vient en effet d’ouvrir un centre d’art numé- rique. Pour l’exposition inaugurale, les œuvres de Klimt et de Schiele, grands peintres de la Sécession viennoise, sont projetées en taille XXL, habillant les murs de diverses couleurs sur fond de
musique classique, au rythme des notes de Beethoven, Strauss ou Chopin. Pas moins de 140 projecteurs sont mobilisés pour vous offrir un ballet de 3000 images. Totale immersion dans la création, le tout en grande dimension : pendant 40 minutes, il s’agit de rentrer littéralement dans les œuvres avec lesquelles il n’existe plus de distance. Un concept à part entière. Et ça fonctionne. Tel un diaporama géant, où les fondus sont rois, les images s’enchaînent et se substituent les unes aux autres, subtilement. Tantôt au sein d’une forêt d’arbres rouges, tantôt entouré des nus étranges de Klimt couverts d’or, l’on se sent tout petit face à l’immensité du monde… numérique. Oui mais les œuvres dans tout ça ? Beau et impressionnant, à l’évidence, l’Atelier reste un pur produit de la société du spectacle, qui permet de redécouvrir les œuvres des grands artistes plutôt que de les découvrir.