La première chaine d'expositions de France enfin lancée sur YouTube
La première chaine d'expositions de France enfin lancée sur YouTube

Travaux de dames?

Jusqu’au 17 septembre 2017
Les Arts Décoratifs //

Quand le travail devient art

En 1895, “Le comité des Dames”, bureau de mécènes et bienfaitrices,  vise au sein des arts décoratifs à encourager la formation des femmes à ces métiers. Elles sont faites pour coudre ? Très bien. Mais qu’elles le fassent en grand, qu’elles le fassent en beau ! Du comité à nos jours, cette exposition nous montre toute la variété et la puissance créatrice des femmes, du textile au design, en passant entre autres par la mode, la céramique, la sculpture... A travers les objets, les esquisses ou les tissus que l’on rencontre, c’est un ensemble de personnalités hautes en couleurs qui se dessinent et forment l’histoire d’une émancipation. Du côté des pionnières, on retrouve notamment l’énergique Suzanne Lalique, qui fut illustratrice, décoratrice d’intérieur, costumière, créatrice de décors… Viennent ensuite les avant-gardes qui bousculèrent les codes, comme la grande Elsa Schiaparelli, créatrice avec Dalí du très surréaliste chapeau-chaussure. On a la chance d’admirer les croquis de ses créations, notamment celui de la robe-squelette, longiligne, noire, pleine d’une ironie chic. Ou la chaise ombre de Charlotte Perriand, architecte qui actionna une révolution en offrant une vision neuve sur le mobilier d’intérieur. Dans un troisième temps viennent ces objets qui floutent toutes les frontières : Objet ou art ? Salon ou musée ? La lampe de Niki de Saint-Phalle dessine un visage rose dont la tête est surmontée d’un branchage zébré aux ampoules colorées. Joyeusement nous découvrons au fil de l’exposition toutes ces limites que dépassent les femmes pour n’avoir pour seule contrainte que l’envie de créer.

  • © Photo Les Arts Décoratifs, Paris  / Jean Tholance
  • © Les Arts Décoratifs, Paris  / Jean Tholance
  • © Les Arts Décoratifs, Paris  / Jean Tholance
  • © Les Arts Décoratifs, Paris  / Jean Tholance
  • © Les Arts Décoratifs, Paris  / Jean Tholance
  • © Les Arts Décoratifs, Paris / Jean Tholance
  • © Photo courtesy of Domeau & Pérès
  • © Photo Laurent Sully Jaulmes / Les Arts Décoratifs, Paris
  • © Photo Les Arts Décoratifs, Paris / Jean Tholance
  • © Photo Les Arts Décoratifs, Paris / Jean Tholance
  • © Photo Les Arts Décoratifs, Paris / Jean Tholance
  • © Photo Les Arts Décoratifs, Paris  / Jean Tholance
  • © Photo courtesy of Comme des Garçons
  • © Photo Les Arts Décoratifs, Paris  / Jean Tholance
  • unnamed
  • © Photo Les Arts Décoratifs, Paris
  • © Photo Les Arts Décoratifs, Paris  / Jean Tholance

 

  • © Photo Les Arts Décoratifs, Paris  / Jean Tholance
  • © Les Arts Décoratifs, Paris  / Jean Tholance
  • © Les Arts Décoratifs, Paris  / Jean Tholance
  • © Les Arts Décoratifs, Paris  / Jean Tholance
  • © Les Arts Décoratifs, Paris  / Jean Tholance
  • © Les Arts Décoratifs, Paris / Jean Tholance
  • © Photo courtesy of Domeau & Pérès
  • © Photo Laurent Sully Jaulmes / Les Arts Décoratifs, Paris
  • © Photo Les Arts Décoratifs, Paris / Jean Tholance
  • © Photo Les Arts Décoratifs, Paris / Jean Tholance
  • © Photo Les Arts Décoratifs, Paris / Jean Tholance
  • © Photo Les Arts Décoratifs, Paris  / Jean Tholance
  • © Photo courtesy of Comme des Garçons
  • © Photo Les Arts Décoratifs, Paris  / Jean Tholance
  • © Photo Les Arts Décoratifs, Paris
  • © Photo Les Arts Décoratifs, Paris  / Jean Tholance

Le saviez-vous  ?
L’affaire E1027. Eileen Gray grande architecte du XXe siècle dont on peut voir certaines oeuvres dans l'exposition, n’a d’autre que le Corbusier comme “meilleur ennemi”. Il réveille la fureur d’Eileen Gray lorsqu’il décide de “vandaliser” une de ses maisons, la Villa E 1027, en y peignant des fresques, pas du tout au goût de l’artiste Irlandaise qui veut les faire disparaître illico. Petit détail, on peut voir sur une photographie que Le Corbusier, amateur de naturisme, a entreprit ce travail de tag entièrement nu. Ironie du sort, c’est la Fondation Le Corbusier qui a restauré la maison d’Eileen Gray ainsi... que les fresques.

This exhibition at Les Arts Décoratifs shows us the beautiful journey women had in the history of design, fashion, architecture … The story of an emancipation through objects that changed our vision of decorative art.

Les Arts Décoratifs
Jusqu’au 17 septembre 2017
107 rue de Rivoli, 75001 - M° Palais Royal (1/7)

Du mar. au dim. de 11h à 18h
Fermé le lun.
Nocturne le jeu. jusqu’à 21h
Tarif : 11 € - Tarif réduit : 8,50 €
Accessible aux personnes à mobilité réduite

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Vous aimerez aussi…

© Mark Shaw / mptvimages.com

Mark Shaw

Jusqu’au 3 septembre 2017 - Galerie MR14 // Un œil nouveau La haute couture selon Mark Shaw, c’est un monde de défilés. Un monde doré rempli de silhouettes qui paradent, vêtues des plus beaux…

La presse et les photographes aux marches du palais de justice de Lyon

Le procès Klaus Barbie. Lyon, 1987

Jusqu’au 15 octobre 2017 - Mémorial de la Shoah // La traque du « Boucher de Lyon » Il y a 30 ans eut lieu l’un des plus importants procès de l’histoire contemporaine. Klaus Barbie, ancien chef…

Vier5, design graphiques, arts déco

Design graphiques - Autour de soi, tout est art

Musée des arts décoratifs Jusqu’au 27 août 2017 // Les designs graphiques sont partout, où que l’on se trouve. Ils nous toisent dans leurs affiches le long des rues, à la lumière des métros, ils…

Hello my game is invader expo

Hello, my Game is…

Jusqu’au 3 septembre 2017 Le Musée en Herbe // Terrain de jeu artistique Vous avez sûrement déjà vu sans le savoir les oeuvres d’Invader, cet artiste de rue qui voyage partout et signe de son…


La première chaine d'expositions de France enfin lancée sur YouTube