YouTube
YouTube

Lee Ungno

Du 9 juin au 19 novembre 2017 -
Musée Cernuschi //

  • © Musée Cernuschi / Roger-Viollet
  • © Musée Cernuschi / Roger-Viollet
  • © Musée Cernuschi / Roger-Viollet
  • © collection particulière
  • © Musée Cernuschi / Roger-Viollet
  • © Musée Cernuschi / Roger-Viollet
  • © Alexandra Llaurency / Musée Cernuschi / Roger-Viollet

 

L'homme des foules

Père du modernisme coréen, Lee Ungno est un artiste complet. Peintre, dessinateur, sculpteur et graveur c’est surtout pour ses calligraphies abstraites qu’il s’est imposé sur la scène internationale à la fin des années 1950. Il se démarque par son style atypique qui reflète avec une justesse émouvante l’ensemble de son parcours. En effet, après avoir étudié au Japon, il débute sa carrière en Corée où il fonde l'Institut de Peinture GO AM, puis finit par rejoindre définitivement son Eden, à savoir Paris, en 1959. Là-bas, il met de côté l’art traditionnel pour se consacrer au modernisme et à l’abstraction aux côtés de Soulages ou Hartung. On le compte alors parmi les plus grands artistes « transmodernistes » du moment. Il mêle à merveille les héritages de l’art coréen, et notamment de la peinture à l’encre, aux recherches des avant-gardes parisiennes tout en menant une profonde réflexion sur les rapports entre le passé et le présent. Son œuvre singulière, au carrefour entre orient et occident, fait de lui le fer de lance de l’art contemporain coréen et une source d’inspiration pour des générations d’artistes. Installé définitivement en France, il n’oublie jamais son pays natal puisqu’en 1970 il produit une série de toiles emblématiques, les Foules, symbole fort de l’émergence de la démocratie en Corée du Sud dont certaines sont conservées au Musée Cernuschi. Ces tableaux à l’encre noire semblent fourmiller de petites silhouettes créant une intense sensation de mouvement qui donne vie à la toile et fait de l’artiste un véritable « Homme des foules ».

Le saviez-vous ?
Lee Ungno (1904-1989) fut accusé à tort d’espionnage au profit de la Corée du Nord, ce qui lui coûta deux années d’emprisonnement de 1967 à 1969, en Corée du Sud. Cet épisode l’affecta beaucoup, lui et son travail.

Lee Ungno was considered as the father of modernism in Corea. He spent most of his life in Paris where he mixed up Corean traditions and modernism of french avant-garde so we can classify him as a « transmodernist » artist.

Musée Cernuschi
Du 9 juin au 19 novembre 2017
7 avenue Velasquez, 75008
M° Villiers (2/3)

Du mar. au dim. de 10h à 18h - Fermé le lun.
Tarif : 8 € - Tarif réduit : 6 € - Gratuit - 18 ans
Accessible aux personnes à mobilité réduite

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Vous aimerez aussi…

Robert Stacy-Judd, Aztec Hotel, Quai Branly

Aztec Hotel

Jusqu'au 8 octobre 2017 - Musée du Quai Branly - Jacques Chirac // Le trésor des Mayas  Au XXe siècle, au cœur des Etats-Unis en plein essor, les Mayas passionnent. La culture américaine…

Vue de l'exposition Imagine Van Gogh à La Villette (1)

Imagine Van Gogh

Jusqu'au 10 septembre 2017 - Grande Halle de La Villette // Promenade dans un tableau  Etes-vous déjà entré dans une toile de Van Gogh ? C’est l’expérience inédite que nous propose cette…

(c) Tous droits réservés

Kiefer - Rodin

Jusqu'au 22 octobre 2017 Musée Rodin //  Anselm Kiefer serait-il le nouveau Rodin ? C’est bien la démonstration ambitieuse que le musée Rodin souhaite établir lors de cette exposition qui convoque…

Musée d'Orsay

Portraits de Cézanne

Du 13 juin au 24 septembre 2017 - Musée d’Orsay //  Trait portrait En pénétrant dans cette exposition, on s’apprête à être regardé autant que l’on regarde. Une myriade de petites pupilles nous…


YouTube