YouTube
YouTube

Allégorie d’une mise à mort de l’amour

Picasso -
La Minotauromachie, 1935

Au musée Picasso, l’on découvre une nouvelle facette du peintre espagnol. Celui que l’on pensait pourtant déjà connaître sur le bout des doigts, tant il est encore présent sur la scène culturelle, se dévoile ici sous le spectre de son couple, Olga-Picasso. Il est alors mari, père, mais aussi amant… Olga-Picasso, c’est l’histoire d’un amour qui, de passion devient démon. Une agonie progressive, mais infernale dont les tableaux de l’artiste se font les témoins tout au long de leur liaison.

La Minotauromachie, 1935

Nous sommes en 1935, année où Picasso se sépare de sa première épouse Olga, après dix ans de périclitassions. Depuis 8 ans, Picasso entretient une relation secrète avec Marie-Thérèse Walter, une femme de vingt ans plus jeune que lui. Une maîtresse cachée dans les faits, mais plus présente qu’on ne le pense, en particulier lorsque le peintre ne peut s’empêcher de l’intégrer à ses compositions. Sa figure apparaît progressivement, à travers des formes douces, aériennes et érotiques, quand Olga devient de plus en plus monstrueuse.

Dans cette œuvre, Picasso écrit sa propre mythologie, revisitant l’image de la Tauromachie autour du Minautore. Dans cette œuvre, on peut distinguer trois protagonistes, évoluant dans un espace confiné. Notre Minotaure à droite occupe à lui seul un tiers du tableau, il semble en pleine interaction avec la jeune fille qui lui fait face, une bougie et un bouquet de fleurs en main. Nul besoin de préciser qu’il s’agit de Pablo Picasso face à sa belle Marie-Thérèse. Olga n’est plus au cœur de leurs tourments, étant désormais écartée de la vie du couple. L’éclat de la bougie et la main tendue, signes d’espoir et de paix, sont là pour nous le rappeler. Même si ces deux amants sont encore séparés par un corps de femme, sans doute Olga, languissant, abattue sur un cheval, lui-même à terre, faible et impuissant, prêt à se faire dévorer s’il reste sur le chemin du Minautore. À leur gauche, un homme s’échappe par le haut du cadre à l’aide d’une échelle, comme la voie d’évasion d’un mariage consumé. Deux femmes observent la scène au balcon. Il s’agirait de Marie-Thérèse Walter et sa fille, Maya, nouvelle née de cette année 1935, une année décidément riche en bouleversements.

Pour en savoir plus sur l'exposition : Olga Picasso

Musée Picasso
Jusqu’au 3 septembre 2017
5 rue de Thorigny, 75003 - M° Saint Sébastien Froissart (8)

Du mar. au ven. de 10h30 à 18h et le week-end de 9h30 à 18h
Fermé le lun.
Tarif : 12,50€ - Tarif réduit : 11€ - Gratuit - 26 ans

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Vous aimerez aussi…

Berthe Morisot, Femme à l'éventail. Portrait de Madame Marie Hubbard, 1874 - Le jardin secret des Hansen, la collection Ordrupgaard au Musée Jacquemart-André

Une sensualité féministe

Berthe Morisot - Femme à l’éventail, 1874 // Lire entre les lignes du tableau Parmi les œuvres présentées, les grands noms se succèdent à nous faire tourner la tête. Corot, Degas, Monet, Renoir,…

Nu debout de profil

L'inspiration cachée de Picasso

« L’art nègre ? Connais pas ! » déclare Picasso à Florent Fels, dans sa revue Action en 1920. Sa réaction peut sembler incongrue quand on découvre dans cette impressionnante exposition l’influence…

jesus

L’une des seules œuvres bibliques de David

Petit Palais  Du 21 mars au 16 juillet 2017 // Au XVIIIe siècle, c’est dans les églises que l’on pouvait admirer la peinture contemporaine ! Les artistes ne manquaient donc pas de s’y montrer sous…

dejeuner-sur-lherbe-manet

Un scandale peut en cacher un autre

Manet - Le Déjeuner sur l’herbe,  1863 // En 1863, Manet propose, au Salon des Refusés, une toile immense: Le Déjeuner sur l'herbe alors intitulé le Bain. Il présente des personnages dans…


YouTube